Un député défie le gouvernement et les députés de lui citer un seul acquis réalisé par Ghazouani

Un député défie le gouvernement et les députés de lui citer un seul acquis réalisé par GhazouaniJe souhaite que le gouvernement, les députés ou la majorité me citent un seul acquis réalisé par le président Mohamed Ould Ghazouani depuis son arrivée au pouvoir il y a plus de deux ans, s’est interrogé le parlementaire et avocat maitre El-Ide Ould Mohameden.

Le député a soulevé cette question au cours de son intervention faite le lundi 27 décembre courant, à l’Assemblée nationale, à l’occasion de la discussion du projet de budget 2022.

« Je n’ai vu aucune réalisation du président depuis son investiture, en dépit de l’écoulement de la moitié de son mandat », a-t-il affirmé, disant chercher qui peut lui montrer cet acquis !.

« L’unique réalisation est le courage du gouvernement de reconnaitre le trébuchement de tous les projets qu’il avait annoncés, qui, soit n’ont pas démarré du tout ou soit ont enregistré des retards dans leur exécution », a a-t-il ajouté.

Ould Mohameden a qualifié le gouvernement d’incapacité face à la flambée des prix exorbitants qui alourdissent le panier de la ménagère d’une part et de trouver une politique protégeant les citoyens contre sa hausse continue, d’autre part, disant que le gouvernement a même échoué, en créant un mécanisme à cette fin, à clarifier son rôle comme il est resté impuissant face à sa mission de protéger les citoyens contre l’afflux des produits périmés et des médicaments contrefaits.

« On ne sait pas aujourd’hui toute la vérité sur les produits alimentaires que nous consommons, non plus leur validité, au moment où le gouvernement se tient en spectateur, les mains croisés », a-t-il indiqué, revenant encore sur l’incapacité du gouvernement à changer les conditions qui ont conduit les habitants de R’Kiz, de Kobeni, de Tintane, d’Akjoujt et de El Ghayra, à descendre aujourd’hui dans la rue pour protester.

« Le nouveau budget porte dans ses détails un déficit important, sans précision de la manière dont il sera comblé », a-t-il ajouté, mettant en exergue, son orientation vers des secteurs engageant d’importantes dépenses définitives sans retour de revenu, disant que le programme de la Délégation Taazur ne déroge pas totalement à cette règle.

Il a souligné ensuite, ce qu’il a appelé l’échec du gouvernement à créer une économie attractive des investissements étrangers et nationaux, disant que les citoyens ne sont pas convaincus sur ce qui se passe, tant dans les lois, les stratégies que les engagements du gouvernement.

Le gouvernement doit reconnaître que l’économie nationale est incapable d’absorber les financements, autrement dit, qu’il engrange beaucoup de fonds sans parvenir à les investir, a-t-il conclu.

Traduit de l’Arabe par Cridem

https://alakhbar.info/?q=node/37355

Alakhbar 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire