Festival des cités du patrimoine : Un nouveau format à grand impact

L’organisation de la présente édition du Festival des cités du patrimoine coïncide avec la refondation de cette manifestation qui a été revisitée en profondeur grâce à un nouveau format et un nouveau contenu local.

Se faisant, les pouvoirs publics entendent conférer au festival la vocation patrimoniale culturelle qui doit être son essence, exploiter au mieux les vitrines pour promouvoir les atouts et les avantages du pays, saisir toutes les opportunités et valoriser toutes les potentialités.

En imprimant au festival une touche d’originalité, en introduisant des innovations, en apportant des changements sur le séquençage, en relevant le niveau de participation, le festival est devenu un fora qui intègre dimension scientifique, culturelles, diplomatique et touristique.

L’aspect culturel du festival sera cette année plus diversifié et plus riche. A cet effet un comité spécialisé a été mis en place pour sélectionner et trier les meilleures productions culturelles.

Ce comité a déjà organisé un concours en poésie populaire et arabe, tout comme il a déjà ciblé des troupes musicales.

La manifestation prévoit l’organisation de des conférences culturelles et scientifiques animées par un panel d’historiens, d’hommes de lettres et de scientifiques.

Tout a été repensé avec plus de créativité qu’il s’agit de l’art, de la musique, des expositions ou même des joutes poétiques, tout a été conçu dans la lecture de la « revitalisation de notre patrimoine nationale.

Tous les aspects relatifs au patrimoine matériel et immatériel seront mis en valeur pour faire redécouvrir le passé de cette cité, mais aussi s’imprégner de ce que furent Chinguity, Tichitt, Oualata et d’autres sites de mémoire.

La présente édition met un accent particulier sur le contenu local du festival en termes d’amélioration des conditions de vie des habitants des cités du patrimoine.

C’est à cet effet que le gouvernement a mobilisé une enveloppe de près de trois milliards d’ouguiyas pour le présent festival de Ouadane.

Ce montant est consacré à la réalisation des projets de développement dans la cité.

Il s’agit des routes pour le désenclavement de la zone, l’offre de l’eau douce aux populations et le renforcement du réseau des communications cellulaires, surtout sur l’axe reliant Ouadane à Atar.

Un important effort est mis sur la réhabilitation et la rénovation des infrastructures, particulièrement les symboles religieux, culturels et historiques.

Dans ce cadre, il sera procédé à la restauration de la mosquée de Ouadane. La madhara et les remparts de la ville seront également réhabilités.

Il sera procédé à la pose de la première pierre de deux barrages destinés à la culture des palmiers, l’aménagement de 100 hectares et la construction de certaines structures scolaires, d’un complexe pour les jeunes, comportant un terrain de football et un espace culturel.

Nouveauté, également, le festival aura pour la première fois une dimension diplomatique, marquée par la mise en place d’un campement exclusivement dédié au corps diplomatique accrédité en Mauritanie.

Par la stature de ses invités de marque, par son nouveau contenu et par son impact sur le développement local, la présente version du festival laissera une trace indélébile dans le vécu des habitants de Ouadane.

En rupture totale avec la théâtralisation folklorisée à outrance qui replonge la cité dans sa situation d’avant festival, le nouveau format fait revivre la ville après la cessation de ses activités par la revivification du patrimoine, l’ampleur des projets qu’il génère et l’impact qu’il entraine sur les conditions et le cadre de vie des habitants de la cité.

AMI

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire