Béchir Fall : Le salaire minimum garanti (SMIG) doit etre majoré automatiquement tous les ans …

Aucune description de photo disponible.Perso, je suis triste et exaspéré par les carences et incompétences des administrations qui sont en charge des domaines de compétences relevant de mon expertise.
Il s’agit des hauts fonctionnaires du ministère du Travail incapables d’assimiler les lois sociales de notre pays. Ainsi que des magistrats en charge du dossier des infractions criminelles de la décennie dernière qu’ils ne parviennent pas à boucler en toute diligence pour le plus grand bien des citoyens.
Je dois faire un constat sévère mais lucide d’une réalité qui me trouble au plus haut point. Soit, je suis sans doute un peu trop intelligent pour ne pas pouvoir ni comprendre, ni admettre les carences qu’accusent ces agents de l’Etat. Soit, je suis tout à fait normal face à des médiocrités qui ne pourront jamais résoudre les équations simples qui leur sont soumises.
Le plus urgent paraît être la situation sociale des salariés du secteur privé et parapublique. Personne ne parvient dans notre république avec ses bataillons de conseillers, de chargés de mission et hauts fonctionnaires, à résoudre les attentes sociales de ces personnels, toutes catégories confondues, en agissant sur les salaires plutôt qu’à tenter d’infléchir sans succès les prix ou le marché.
Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Cela fait exactement 123 mois que le SMIG n’a pas été augmenté d’une ouguiya. Une éternité. Alors que dans la plupart des pays où les droits du travail sont observés ce salaire minimum est majoré automatiquement tous les ans ou deux ans avec indexation sur l’inflation.
Il arrive même que sa majoration intervienne 2 fois par an. Notre pays est à des années-lumières de ces États qui respectent les droits humains les plus élémentaires. Pourquoi sommes-nous toujours à la traîne ? Toujours les derniers ? Et le plus inquiétant, les moins humains.
Comment se fait-il qu’en Mauritanie, après 10 ans et 3 mois, le salaire mini continue d’être bloqué à un humiliant et affligeant 30 000 MRO. A-t-on seulement une idée des injustices que l’on crée ainsi à de pauvres citoyens, à des familles et des enfants auxquels on prive du pain, pas au figuré, mais surtout au propre.
J’ai franchement honte pour mon pays. Et au risque de vexer des amis, je suis obligé de douter fortement de la compétence de toutes nos administrations qui ont déjà fait l’objet de critiques virulentes des plus hauts dirigeants de l’Etat.
Quand on recense les nombreuses carences, en particulier dans les domaines de l’éducation, de la santé et des services de base, celles-ci prennent une tournure rédhibitoire.

Béchir Fall

juriste de travail

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire