MESRS-ESP : Subordination ou suprématie ?

Enseignement supérieur : la décision... - Page Mauritanie | FacebookLa corrélation entre le MESRS et  l’ESP incite à la profonde méditation et parfois aussi à la douloureuse désillusion. On fondait beaucoup d’espoir sur l’union entre l’ordre, la discipline, l’amour et la défense de la patrie et la fermeté incarnés dans les idéaux militaires, d’une part et d’autre part, le secteur de la recherche scientifique qui incarne, la découverte et la sagesse  Cette situation devrait produire un projet d’homme nouveau. Un homme de corps et d’esprit sains mais hélas, au fil des temps, cette cohabitation possible et nécessaire semble difficile et parfois antagoniste.  A travers cet article, On insistera sur Les rapports ESP-MESRS et les enseignants-chercheurs, A l’entame et pour aller droit au but, on ne peut que se demander pourquoi l’ESP n’applique pas les textes législatifs et les procédures organisant l’enseignement supérieur, sa tutelle ? Pourquoi l’ESP ne résout pas le problème de la suspension de la CNAM qui dure et perdure  alors que les cotisations continuent à être retenues sur le  salaire  des enseignants au détriment de nombreuses familles exposées aux abondantes maladies pulmonaires surtout à Zouerate et aux paludismes à Aleg ?

Pourquoi l’ESP ne trouve pas de solutions pour les titularisations de certains enseignants qui sont stagiaires depuis belles lurettes  alors que le stage ne doit durer qu’une toute petite année? Pourquoi, les avancements sont bloqués ? Je suis recruté en 2018 au 6ëme échelon et voila qu’en 2021, je me réveille encore chaque matin sur le même échelon. Pourquoi et surtout pourquoi, l’ESP ne crée pas des conseils d’administrations, des conseils scientifiques  et des structures claires et réglementaires au sein de certaines de ses filiales comme par exemple l’IS2M  comme le précise les articles suivants de la loi 1.4 Loi 2010-043 du 21 Juillet 2010 portant Organisation de l’Enseignement Supérieur ? :

Chapitre 2 : Des Etablissements universitaires

Article 25 : Chaque établissement universitaire comprend un Conseil Pédagogique, Scientifique et de Recherche, un Conseil de Discipline et le cas échéant des commissions ad hoc.

Le Conseil Pédagogique, Scientifique et de Recherche est chargé de proposer toutes mesures relatives aux questions scientifiques, pédagogiques, académiques et de recherche.

La composition, les attributions et le fonctionnement du Conseil Pédagogique, Scientifique et de Recherche sont fixés par décret.

Le Conseil de discipline est chargé de faire respecter les règles de conduite régissant les étudiants et de veiller à la police générale ans l’établissement. Ses attributions, sa composition et les règles de procédures disciplinaires sont fixées par arrêté du ministre chargé de l’enseignement supérieur.

Chapitre 3 Des Etablissements Publics d’Enseignement Supérieur ne relevant pas des 

Universités 

Article 29 : Les Etablissements Publics d’Enseignement Supérieur ne relevant pas des Universités sont dirigés par des directeurs nommés parmi les enseignants chercheurs par décret pour une période de quatre ans renouvelable une seule fois. Les sélectons des directeurs sont fixés par décret.

Le Directeur assure le fonctionnement de l’établissement et coordonne l’ensemble de ses activités. Il est ordonnateur du budget de l’établissement. Il gère l’ensemble des personnels affectés à l’établissement, veille au bon déroulement des enseignements et des évaluations pédagogiques et prend toutes les mesures appropriées à cette fin.

Il négocie les accords et conventions de coopération qui sont soumis à l’approbation du Conseil d’Administration de l’établissement et veille au respect de la législation et de la réglementation en vigueur et du règlement intérieur dans l’enceinte de l’établissement en prenant toutes les mesures que les circonstances exigent.

Il exerce le pouvoir disciplinaire sur le personnel de l’établissement conformément aux dispositions de la présente loi et de ses textes d’application.

Le directeur est assisté d’un directeur adjoint, d’un ou de plusieurs directeurs des études appartenant au corps enseignant et d’un secrétaire général nommés par arrêté du Ministre de tutelle. [1]

Pourquoi, à l’ESP, on parle de régime militaire qui n’a pas droit à la revendication quand on écrit des articles, nous les enseignants du supérieur ou quand il y a des contestations? Bravissimo et respect pour tous les régimes militaires ou civils mais les profs ne font que demander des droits et pas n’importe quels droits, des droits fondamentaux comme l’avancement, la promotion, la couverture sanitaire et le respect de leur dignité humaine, des droits  garantis et défendus par la loi. A l’ESP aucun retard ni manquement n’est admis. C’est la rigueur totale et irréversible devant la bonne marche de l’institution militaro-universitaire.

Nous, enseignants et moi en premier lieu, connaissons nos devoirs et nous les respectons scrupuleusement ainsi que nos droits et nous les revendiquons pacifiquement. Revendiquer un droit est-il un délit ou une transgression des mœurs et traditions ? Rester dans la légalité n’est pas le contraire de demande à l’avancement ni de requête à la levée de suspension de la CNAM, ni une doléance pour briguer une titularisation de droit. L’enseignant à l’ESP ou ailleurs a le droit de revendiquer  sinon, pas de justification à l’existence de syndicat qui est là pour réguler cette relation.au sein de ces institutions militaires et civils

Nous sommes dans un état de droit et chaque citoyen et fonctionnaire civil ou militaire doit savoir qu’il est justiciable et tenu de respecter la législation dans son sens premier. Le MESRS ne veut ou ne peut intervenir semble-t-il. Il n’est pas au courant de ce qui se passe ?, ces instances de contrôles et de suivis sont défectueuses ? Non, l’ESP est le petit protégé du Ministère de la Défense Nationale et le face à face avec est  probablement un risque ou même un annihilation pour les nouveaux locataires des lieux?

A quoi servent les textes sans leur application. La loi est la loi et personne n’est au dessus de cette législation.

Devant ce constat amer, il revient aux autorités administratives et militaires du MESRS et de l’ESP de résoudre en urgence les problèmes récurrents qui rongent des institutions universitaires et dont les gestions restent encore sous l’aveugle appréciation de certains directeurs qui font et défont à leurs guise à travers des recrutements douteux sans tenir compte des textes de la fonction publique, des gestions financières unilatérales faute de conseils d’administrations et des nominations surabondantes, imprégnées jusqu’à la moelle de clientélisme et de toutes formes de favoritismes loin des critères objectifs en vigueur et loin de toute déontologie universitaire nationale ou universelle.

NB : La suspension de la CNAM continue depuis le mois de juin ou juillet dernier et les avancements et titularisations stagnent depuis 2018 et certains même disent 2016 quant aux structures administratives cohérentes, aux conseils administratifs et scientifiques sans lesquelles aucune  mesure ne peut se réaliser selon le MESRS, elles n’ont jamais existé quand même à l’IS2M de Zouerate.

Les vérités sont amères à entendre pour certains mais réconfortantes pour d’autres.

Salut et à bon entendeur !

Mohamed Vall BLEYLA,

Enseignant- Chercheur à l’IS2M de Zouerate

deddevally@yahoo.fr



[1] 1.4 Loi 2010-043 du 21 Juillet 2010. portant Organisation de l’Enseignement Supérieur http://www.fonctionpublique.gov.mr/IMG/docx/la_loi_2010_043_du_21_juillet_2010_portant_organisation_de_l_enseignement_superieur.docx

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire