L’UFP avertit: « Le pays vit une période extrêmement difficile et potentiellement explosive ».

L’UFP : « le climat de l’apaisement politique connait une escalade dangereuse »Dans une déclaration en date du 13 novembre,  l’Union des Forces du Progrès (UFP), parti de l’opposition, attire l’attention du pouvoir et de l’opinion sur la situation périlleuse que vit notre pays. « Le pays vit une période extrêmement difficile et potentiellement explosive », lit-on dans le communiqué  publié par ce parti.

Au plan économique et social, le parti  déplore l’absence de mesures appropriées pour endiguer l’effondrement du pouvoir d’achat des populations, particulièrement les couches les plus vulnérables, les augmentations récurrentes des prix des produits de première nécessité, le chômage endémique affectant toutes les forces vives du pays, les jeunes et les moins jeunes.

Dans le domaine de la gestion des ressources du pays, le pays regrette l’absence de rupture d’avec  les pratiques du régime précédent. « La gabegie persiste et même s’accentue dans certains secteurs ». « Des responsables de détournements de biens publiques sont reconduits dans de hautes fonctions », se désole l’UFP qui met en garde contre les risques d’explosion que la poursuite de mesures de discrimination  fait peser sur le pays.

Au plan politique,  l’UFP observe que l’apaisement politique  et les espoirs suscités par l’élection du président Ghazwani  s’amenuisent à cause justement de certains comportements et pratiques du pouvoir,  comme par exemple, l’adoption récente de la loi sur les symboles de l’état, l’absence de réponses adéquates aux crises sociales,   un comportement venu entamer la confiance entre les acteurs politiques ayant convenu d’un dialogue inclusif. En agissant de la sorte, la majorité met un terme à l’esprit de compromis perceptible depuis la création de la commission d’enquête parlementaire et  le consensus autour de la lutte contre la COVID19, reconnaît le parti.

« Les débats croisés sur la réforme de l’enseignement sont venus  exacerber  les tensions dans le pays au lieu de les raffermir », regrette l’UFP qui, face à cette situation à haut risque:-déplore le manque de vigilance et de réactivité des autorités face aux tensions sociales suscitées parfois par l’administration elle-même – demande au gouvernement de prendre toutes les dispositions pour mettre fin à toutes les provocations contre les populations, en particulier en rapport avec leurs droits civiques ( enrôlement) et fonciers ;

- appelle toute la classe politique, et en particulier la majorité, à prendre la mesure des défis auxquels le pays fait face, et à s’engager réellement dans la recherche du consensus national et pour créer les conditions nécessaires pour la réussite du dialogue national inclusif.

 

Le Calame

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire