Lancement du Salon socioculturel Mariem Fadel,de lutte contre les comportements nocifs

Sous le patronage  de la présidence  de la région de Nouakchott,madame Fatimetou  Mint Abdelmalek ,il a été annoncé, ce jeudi 21/10/2021, le lancement du Salon socioculturel Mariem Fadel,à l’hôtel Mauricenter , au centre de la capitale, Nouakchott.

Le salon a pour objectif de lutter contre les comportements étrangers à notre culture , nocifs à notre société  et de fournir des conseils et des orientations afin d’abandonner les manifestations d’extravagance et de dépenses abusives , lors  des événements sociaux, ( mariages, baptêmes, condoléances etc) tout en rationalisant  les dépenses familiales avec modération .

Les  activités d’ouverture du salon sont organisées  sous le slogan : « Renoncer aux habitudes étrangères à notre culture et nuisibles à notre communauté musulmane », contraires à ce que Dieu Tout-Puissant a légiféré quant à la vie en communauté.

L’ouverture des activités de lancement du Salon Mariam Fadel, culturel et social,a débuté par la lecture de versets du  Saint Coran, suivie d’un discours de la présidente du salon, Mariam Fadel, dans lequel elle a déclaré que notre  société souffre de la propagation de mauvais comportements et manières  « arrivage » dont la finalité est de  détruire nos bonnes mœurs et menacer notre stabilité  sociale et notre  survie.

Elle a expliqué que ces coutumes sont clairement visibles, au travers des montants  élevés des dots de mariage couronnés par des manifestations de gaspillage et de corruption, indiquant que la responsabilité de lutter contre ces coutumes étrangères à nos habitudes ,repose sur les épaules de chacun et doit être abordée par chacun quelle que soit sa position.

Après ce mot de l’initiatrice  du salon, il a été organisé trois ateliers spécialisés pour discuter de sujets liés au montant élevé de la dot- mariage, au gaspillage et à l’extravagance dans les cérémonies de festives et leur impact direct. sur l’économie de la famille et de la société en général.

Ces trois ateliers  prennent en compte les différentes dimensions associées aux coutumes et traditions incompatibles avec la charia islamique.

1 – L’atelier religieux : à travers lequel les érudits et les faqihs présentent des opinions religieuses concernant le gaspillage et l’ostentation dans les occasions sociales et le danger que cela représente pour l’entité de la famille et de la société, comme l’une des raisons les plus importantes de la réticence des jeunes à marier.

2 – Atelier social : à travers lequel des spécialistes du domaine social résument les causes du phénomène de gaspillage et d’ostentation lors d’occasions sociales, et proposent des solutions logiques pour éduquer la communauté et l’éloigner de ces comportements.

3 – L’Atelier économique : Dans lequel des experts économiques passent en revue le phénomène du gaspillage comme facteur de destruction de l’économie de la famille et de la société, et trouvent des solutions pour rationaliser les dépenses et abandonner les manifestations d’extravagance et d’abus.

L’ouverture du Salon culturel et social Mariem Fadel a enregistré  plus d’une vingtaine d’interventions de divers participants (juristes, experts sociaux, militants de la société civile, professionnels des médias…etc.).

Les différentes interventions ont unanimement convenu de la nécessité de rejeter ces manifestations  et la nécessité d’une action urgente pour les éliminer.

Les intervenants ont déclaré que le montant  élevé des dots-mariage  et la nouvelle mentalité sociétale de gaspillage, constituent un véritable obstacle devant les  jeunes souhaitant se marier.

Par conséquent ,le phénomène de réticence à se marier s’est accru chez les adultes en âge de se marier, et le phénomène du célibat s’est largement répandu, avertissant que cela peut conduire à la déviation et à la prévalence de la dépravation des bonnes mœurs

Certains des intervenants ont présenté des solutions pratiques pour surmonter ces comportements . Ils ont émis de nouvelles idées fondées sur les principes de la charia islamique, qui rejettent l’extravagance et l’ostentation.

D’autres ont réclamé que la  question est une affaire de tous  à différents niveaux (officiel et populaire), soulignant que  le Président de la République et le gouvernement se doivent de partager  l’idée du salon et imposer ses objectifs, par voie de lois et  décisions officielles,

Et  d’organiser des campagnes de sensibilisation pour expliquer ces idées et inciter les gens à changer leurs modes de pensée en matière de mariage,  et autres manifestations  d’extravagance qui les accompagnent.

Certains  intervenants ont souligné l’abandon par l’homme de son rôle au foyer , appelant les hommes , pères  de familles  à ne pas laisser ces phénomènes de dépenses abusives et d’extravagances gérées uniquement par les femmes et les  jeunes.

Les participants au salon Mariem Fadel  ont souligné que l’exagération et l’extravagance occasionnelles, lors des manifestations festives font partie des  causes les plus importantes de corruption dans la gestion des ressources publiques, encourageant  la fraude , le vol et le détournement des deniers publics. Des problèmes éthiques qui doivent être traités et leurs causes corrigées.

Les différents participants ont salué l’idée du salon, exprimant leurs remerciements à la présidente du salon, Mariem Fadel, pour son effort et l’adoption de cette idée.

Ils ont exprimé leur volonté quant à  suivre l’évolution  du salon et de soutenir les idées qu’il présente, afin d’éliminer ces nouveaux phénomènes abusifs  qui gangrénent  notre société et de revenir aux enseignements de la vraie religion islamique, qui rejette l’extravagance et a horreur du gaspillage.

Source : Salon Mariem Fadel

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire