La langue française au bûcher

Mauritanie : la lente agonie du français dans le système éducatifDans le procès fait à la langue française dans mon pays,  sur fond de la réforme de notre système éducatif, j’ai envie de dire que le français n’a pas besoin de partie civile ou de ministère public.
Je suis Hassanophone, Hupaar, Soninke et Wolof. Je parle ces langues identitaires par hasard. Je ne sais  même pas comment,  j’ai appris à parler ma langue maternelle. Je n’en garde aucun souvenir. Je m’identifie à  toutes ces cultures: elles constituent mon moule socioculturel.
Dans ces  langues dites nationales,  j’exprime mon intimité et transmets des valeurs identitaires singulières que le français ne peut pas dire sans trahir.
Je ne suis pas français. Il n’y a pas de communauté française en Mauritanie. C’est une évidence. Mais il y a bel et bien une communauté linguistique francophone en Mauritanie constituée  d’une mosaïque de communautés nationales. Unie autour de cette langue étrangère, qu’il faut désormais voir  comme langue d’ouverture.
Je ne défends pas la langue de l’autre. Le Quai d’Orsay sait le faire. Je  ne fais pas l’avocat du diable, l’ambassade de France sait défendre la culture et la politique françaises et ses intérêts.
La langue française n’a pas besoin de défenseurs en Mauritanie, l’Académie française a été créée à ce dessein.
En revanche, je défends mon diplôme.  J’entends  donner une existence à  mon parchemin.
Je défends des années passées à l’école marquées par des efforts incommensurables pour exister parmi d’autres enfants parfois plus nantis et dont les chances de succès  étaient plus grandes, en raison  de cet avantage social.
Je défends  chaque sacrifice consenti pour m’amener à réciter l’alphabet, à distinguer les voyelles des consommes et puis à me battre avec le stylo BIC pour pouvoir le dompter  et ainsi le rendre obéissant  afin que je puisse m’en servir  avec dextérité.
Je n’oublie pas aussi, les coups de bâton et de cravache que j’ai essuyés à chaque fois que je me suis trompé.
A cela s’ajoute, le sacrifice de mes parents pour assurer à une époque peu généreuse mes fournitures scolaires. Je ne défends pas « la langue des mécréants » pour reprendre l’expression de certains, mais je défends mon gagne-pain.
Je ne suis pas tombé amoureux du français par hasard. Je suis né  Maure, Pulaar, Soninké  et Wolof, c’est l’école de la République qui m’a présenté « cet intrus » et qui m’a obligé à l’étudier. Je n’ai fait que subir. Je suis victime deux  fois, hier et aujourd’hui.
On me contraingnait pour parler et écrire correctement dans cette langue au frais du contribuable pendant plusieurs années. Et maintenant, je suis sur les bancs des accusés pour avoir appris cette langue. C’est ahurissant !
Le français, je l’ai appris au prix d’un surpassement de soi. Le soir, au moment où les enfants de mon âge jouaient, moi, j’étais astreint  à réviser  mes cahiers absorbant l’odeur insupportable de la lampe tempête ou de la bougie.
En mettant le français dehors, vous me mettez au chômage, au régime sec,  pire que les Ajustements Structurels des années 90 : la dévaluation.
Voilà pourquoi, je défends ma langue française et non la France ou sa culture. C’est une langue de colonisation mais faisant partie intégrante désormais de notre patrimoine national  et Africain. C’est un héritage.
C’est un butin de guerre ainsi  l’affirmait  brillamment Kateb Yacibe, l’écrivain Algerien qui a compris l’enjeu d’adopter cette langue dans nos pays.
Cette langue a permis à ceux qui ont libéré le continent au Sud du Sahara comme au Nord de clamer leur humanité pour obtenir leur émancipation. Le mouvement de la Négritude en est un exemple parmi d’autres.
On ne développera jamais une nation, en mettant de côté une partie de l’intelligentsia et de surcroit l’élite. C’est un acte suicidaire. C’est comme si l’on brûlait à  la fois nos musées, nos bibliothèques, nos Mahadras et  en j’engageant dans une politique  d’assechement de nos traditions  orales. La place du passé et des anciens n’est pas dans les oubliettes.
L’avenir sort du passé disait Djibril Tamsir Niang.
Essayons toutes les formules magiques et  incantatoires au rythme de psalmodies,  si  nos dirigeants pèchent par complaisance et  manque de réalisme, sur cette question linguistique, le développement ne sera que chimère ainsi que l’entente nationale.
L’école Mauritanienne est en  réalité une victime. On l’a piégée. La débâcle qu’elle connait n’est  qu’une conséquence de  nos choix politiques contradictoires et controversés.
Elle a servi de champ d’expérimentation  pour assouvir des politiques hégémoniques.
Et voilà que tout l’échafaudage s’écroule emportant dans ce mouvement « les concepteurs- conspirateurs ».
Ces assises sur l’éducation nationale  sont ainsi, une occasion rare  de rompre d’avec les politiques épidermiques qui ne créent pas les conditions de l’ancrage de l’Etat-nation.
En effet, le développement est au bout d’un mouvement d’ensemble cohérent et symphonique soutenu par des politiques stratégiques, justes et pertinentes.

Seyré SIDIBE, Journaliste

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire