A Madame Assane de l’Ecole du Marché : A l’aune de ta main légère.

Elle vient de disparaître celle qui nous apprit les racines premières de ce par quoi, aujourd’hui, on sait : les mots et les chiffres. 
Celle qui s’inquiétait de l’état de nos plumes et de nos encriers, qui redressait nos petites mains et guidait nos doigts hésitants sur les lignes des pages de nos cahiers pour que la grâce de notre écriture puisse refléter la beauté de notre âme.
Celle qui nous appelait « mes enfants » et surveillait nos courses endiablées jusque dans la cour de l’école.
 Celle qui nous offrait, à chaque récré, ce panier de petits pains au beurre exquis du matin gris.
Celle qui nous apprit l’humilité et la persévérance et qui contribua à faire de nous ce que nous sommes, est une fée d’autrefois, un ange de douceur et de patience, une institutrice à nulle autre pareille. Une institutrice de l’école du marché des années soixante à soixante-dix. Claire Assane. 
Elle est décédée, en France, elle qui chérissait tant la Mauritanie.
Elle vivait humblement dans des blocs rouges d’autrefois, enseignait dans une école d’autrefois, et instruisit des enfants d’autrefois qui, aujourd’hui, comme autrefois, lui sont à jamais reconnaissants.
Repose en paix Madame Assane. Que la terre te soit aussi légère que cette main que tu passais sur nos petites têtes quand, autrefois, satisfaite de nous, tu passais entre les rangs.
ELY Mustapha
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire