Déclaration : le peuple souffre, écoutons-le !

R’Kiz : des manifestants ont incendié des locaux de l’administration et ont pillé les domiciles d’élus  Depuis quelques semaines, la situation économique et sociale s’est considérablement  dégradée affectant les conditions de vie de l’ensemble de nos populations, particulièrement issues des milieux les plus défavorisés, à l’intérieur du pays et dans les quartiers périphériques des grandes villes. Les prix des denrées de première nécessité flambent et deviennent inabordables, réduisant à néant les maigres revenus, même des classes moyennes.  Le chômage frappe de plein fouet les forces vives du pays, jeunes et moins jeunes. La pénurie d’eau et les coupures d’électricité sont devenues endémiques dans un contexte de canicule épouvantable et de persistance de la crise pandémique de la covid19. Les derniers évènements dramatiques de R kiz en sont une parfaite illustration.
Certes, les pouvoirs publics ont pris dernièrement des mesures de réduction des prix et de leur contrôle ainsi que la création d’un mécanisme de subvention des denrées de premières nécessités mais le malaise social actuel exige des décisions plus fortes pour alléger davantage les souffrances des populations.

Cette situation générale, particulièrement difficile, résulte de plusieurs facteurs dont notamment le contexte international défavorable mais surtout la gestion désastreuse  de la décennie écoulée et  l’absence d’une rupture claire avec celle-ci.
Face à cette situation de plus en plus insupportable, les formations politiques signataires :
1.    Condamnent les actes de vandalisme qui ouvrent la voie aux troubles, à l’anarchie et à l’insécurité ;
2.    Rappellent que le citoyen a le droit de protester contre la corruption et la mauvaise gestion des biens publics ;
3.    Exhortent le pouvoir à se mettre à l’écoute des souffrances des populations et du malaise social actuel ;
4.    Invitent le pouvoir à élargir les enquêtes, en cours, aux responsables dont l’incurie, l’arrogance et la mauvaise gestion engendrent le mécontentement populaire ;
5.    Sont conscients que face à l’aggravation de la crise socio-économique, seule la concrétisation urgente d’une approche participative et transparente dans le cadre d’un dialogue national inclusif permettrait la prise en compte de l’ensemble des préoccupations de nos populations meurtries.
Les partis signataires :
-    Union des Forces de Progrès (UFP) ;
-    Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) ;
-    Union Nationale pour l’Alternance Démocratique (UNAD).

Nouakchott 26/9/2021

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire