Une jeunesse menacée voire atteinte par le « virus » de l’extrémisme violent

Les mouvements djihadistes trouvent dans les jeunes chômeurs, les exclus de la société et tous ceux qui vivent dans des conditions précaires, des proies faciles pour constituer leurs troupes. Ces groupuscules islamistes sont parvenus à façonner leurs cibles en faisant usage de réseaux sociaux voire de médias à travers lesquels ils transmettent leur idéologie et leurs crimes, ébranlant à l’occasion les valeurs de paix et de justice qui fondent l’humanité.
l’Etat a pris certes des dispositions pour tenter d’éradiquer l’extrémisme violent, d’autres acteurs doivent s’impliquer dans ce processus complexe de récupération d’une jeunesse menacée voire atteinte par le « virus » de  l’extrémisme violent.
En Mauritanie, en plus de jeunes subsahariens en transit dans les grandes capitales du pays, des milliers de jeunes, issus notamment de milieux déshérités, sont exposés aux dangers de ce phénomène qui prend de plus en plus de l’ampleur.
L’extrémise violent détruit la paix et la sécurité et ralentit le développement des Nations. Il est à l’antipode des droits de l’homme et la promotion de l’Etat de droit.
Ces dernières années, la Mauritanie est devenue une plaque tournante de toutes sortes de trafics alimentés par le désespoir et les frustrations d’une jeunesse abandonnée et livrée à elle-même.
La société civile, en tant que relais de sensibilisation sur les bonnes pratiques doit se mobiliser pour mettre en place des outils et mécanismes adaptés en vue de trouver de bonnes réponses au fléau de l’extrémisme violent.

Ahmed Salem Deida

Source : news-rim.com

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire