Pourquoi faire de la malgouvernance un trophée ?

Il y a quelques heures la Toile s’est enflammée et certains se sont fendus de commentaires dithyrambiques pour se féliciter de la décision du Koweït d’éponger les intérêts colossaux, plus de 1000 mlllions de dollars, d’un vieil emprunt de près d’un demi-siècle. Il n’y a franchement pas de quoi pavoiser. Pourquoi faire de la malgouvernance un trophée ? Celui consistant à ne pas honorer une dette. Au point de multiplier le capital par plus de 2000% ? Ne pas pouvoir rembourser ses dettes est toujours synonyme d’échec.
C’est justement le contraire qui mériterait d’être encouragé. Contracter des emprunts pour une raison légitime et s’organiser à rembourser les services de la dette dans les délais requis est une marque de bonne gouvernance. En plus de susciter une confiance de vos partenaires et des marchés internationaux où se négocient ce type de prêts. D’autant que les prêteurs lnternationaux, contrairement aux banques commerciales nationales, octroient parfois des avantages exceptionnels (taux d’intérêt quasiment nuls et différé de paiement.)
Le rééchelonnement d’une dette n’a jamais fait couler autant d’encre et suscité un si grand tintamarre. Je me serais félicité de voir, au contraire, la mise en oeuvre de vastes chantiers sociaux. Dans le domaine de la santé, des services de base, de l’éducation où nous demeurons très souvent d’éternels derniers de la classe. Comme pour les récents et humiliants résultats du baccalauréat.
Mais il est une réalité plus terre à terre, celle de résoudre dans l’urgence la situation des populations assoiffées, affamées et achevées par l’envolée spectaculaire des prix des denrées de première nécessité. Nous devrions nous occuper de ses priorités de nature vitale avant d’applaudir un laborieux document juridique se résumant à un simple jeu d’écritures sans aucune incidence sur le quotidien des populations.
Béchir Fall    (juriste)
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire