Guerre du Sahara: LA RECONQUETE DE TIRIS ELGHARBIYA / Colonel (E/R) Mohamed Lemine Ould Taleb Jeddou

Peut être une image de 1 personneAu moment où les unités de Bir Moghrein tombent dans l’embuscade de Ouad Nouss, le G1, regroupé à Bir Gendouz à cent vingt kilomètres au nord de Nouadhibou, procède à une réorganisation initiale. Sous les ordres du Lt-Colonel Viyah Ould Mayouf, secondé par le Capitaine Diallo Mohamed, Le G1 comprend un escadron de commandement commandé par le Sous-lieutenant Lô Baidi, le 5 EDC sous les ordres du Capitaine Sidi Ould Moulaye Ely, un escadron de Gendarmerie commandé par le Capitaine Sao Samba, le 7 EDC commandé par Lieutenant Sidiya Ould Mohamed Yehye, un escadron de la Garde commandé par le Lieutenant Sid’Ahmed Ould Dahi, le 3 EDC commandé par le Lieutenantt Camara Diaby, le 6 EDC commandé par le lieutenant Mohamed Lekhal et le 9 EDC, commandé par le lieutenant Ne Ould Be.
Les appuis feu du G1 sont composés par une batterie d’artillerie de campagne composée de quatre canons de 105m/m HM2, commandée par le Capitaine Dieng Nadirou, secondé par le Sous-lieutenant Breika Ould Mbareck, officier de tir avec le Sous-lieutenant Soumaré Lassana comme chef d’Elément Liaison Observation et le sous-lieutenant Niang Abdoul Aziz comme officier de reconnaissance. Les quatre pièces d’artillerie étaient servies par l’Adjudant-chef Mohamed Salem Ould Mah, l’Adjudant Ely Ould Mohamed Ely, le Sergent-chef Sangaré Mamadou, le
Sergent-chef Ba Djibril, le Sgt Dechagh Ould Abdel Malik et le sergent
Mohamed Ould Khneijir (graphiqueur).
La batterie d’artillerie est renforcée par une Section des Mortiers Lourds (SML), commandé par le Sous-lieutenant Abderrahmane Ould Boubacar dont les mortiers sont servies par un contingent de recrues, formé à la hâte au génie militaire. Le G1 disposait d’un élément logistique embryonnaire avec les sous-lieutenants Mohamed Julien et Mohamed Lemine Ould Moulaye.
Ainsi structuré, le G1 commence son offensive, très tôt le 10 Janvier 1976, en direction de Dakhla avec pour premier point de destination Argoub, éclairé parle 9 EDC.
Bir Gendouz est séparé de Argoub par deux cents kilomètres de terrain parsemés de successions de Krabs (récifs rigides et très tranchants), constituant l’Aguerguer, particulièrement accidentés et peu carrossables.
Après un déploiement initial très lourd avec les interpénétrations des unités en apprentissage de la cohabitation qui va le retarder dans son déplacement, le G1, sous l’impulsion de son charismatique chef, finit par atteindre en peu de temps un très bon niveau de cohésion et de coordination des actions, rendant son mouvement plus fluide et, partant, plus rapide.
Vers 16H00, le 9 EDC accroche et fixe un élément ennemi en embuscade dans l’Aguerguer, à quinze kilomètres d’Argoub. Le commandant du G1 engage une manœuvre d’enveloppement qui va lui permettre de déborder l’ennemi sur les deux flancs, le prenant en tenaille, une manœuvre difficilement exécutée à cause de la contexture du terrain et des positions de l’ennemi préalablement aménagées, qui va durer plus de deux heures.
L’accrochage dure jusqu’au crépuscule, puis l’ennemi décroche en laissant sur le terrain des dizaines de morts. Du côté du G1, Le Sous-lieutenant Lo Baidy sera blessé et deux hommes sont tombés sur le champs de Bataille, le Gendarme Stagiaire Mohamed Ould Mayouf et le soldat de 2Cl Brahim Ould Cheine.
Mettant à profit ce succès initial, Le G1 l’exploite en continuant son mouvement de nuit, exerçant une pression sur l’ennemi en débandade et lui interdisant tout répit qui lui permettrait l’opportunité d’une réorganisation éventuelle.
Au lever du jour, profitant d’une couverture aérienne offerte par un avion piloté par le Lieutenant-colonel Mohamed Ould Bah dit Kader, le G1 continue sa progression, bousculant l’ennemi et, continuant de lui infliger des pertes. Après deux heures de combat, le G1 s’empare d’Argub en fin de matinée, faisant des dizaines de prisonniers d’un ennemi, complètement, désorganisé, dépassé par les événements et incapable de contrôler ses hommes en sauve-qui-peut tous azimuts dont l’unique souci était la survie.
Reparties de Argub vers 13 heures,, les unités du G1 sont survolées par un hélicoptère marocain à une dizaine de kilomètres de Dakhla en début d’après-midi. A l’atterrissage, le Colonel Dlimi en sort et rencontre, en privé, le commandant du G1. Après une concertation d’une trentaine de minutes entre les deux officiers, le Colonel Dlimi remonte dans son hélicoptère qui décolle vers Dakhla et Viyah rejoint ses unités, ordonne le bivouac sur place pour la nuit.
Le 12 janvier 1976, les unités du G1, entrent à Dakhla sous les chahuts des habitants de la ville, ornée de drapeaux marocains. Visiblement, le Commandant du G1 a été floué par le Colonel Dlimi. Viah entre dans une colère terrible, se dirige vers le PC marocain et demande à voir Dlimi. L’officier qu’il rencontre l’informe que le Colonel Dlimi s’était absenté et l’avait chargé de montrer aux unités mauritaniennes leurs emplacements pour leur bivouac.
Le lieutenant-colonel Viyah réagit avec sa témérité légendaire : « Non ! C’est moi qui vais montrer aux unités marocaines leurs emplacements ». Il donne l’ordre au lieutenant Mohamed Ould Lekhal d’encercler les avions marocains à terre et d’interdire leur accès à quiconque sauf sur l’ordre expresse du Cdt du G1.
Le lieutenant Sidiyé Ould Mohamed Yehye reçoit l’ordre de retirer tous les drapeaux marocains de la ville. Ensuite, le Cdt du G1 entre en contact avec le ministre de la défense, Sidi Mohamed Diagana, et lui rend compte de la situation. A la suite de la communication, le Colonel Dlimi est relevé et les marocains évacuent la ville de Dakhla pour s’installer dix kilomètres plus loin.
Le 19/01/1976, près avoir assuré le contrôle de la ville de Dakhla et installé l’unité du Lt Camara Diaby à Argub, le G1 reprend sa progression en direction d’Aousred.
( A suivre )
Mohamed Lemine Ould Taleb Jeddou
Extrait de « la Guerre Sans Histoire »
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire