L’EXTRÊME FAIBLESSE DES TAUX DE RÉUSSITE AU BAC INTERPELLE TOUS LES PARENTS D’ÉLÈVES.

Peut être une image de Béchir Fall et alimentToute la Toile s’exclame et s’émeut des mauvais résultats du bac. Mais personne ne s’interroge sur les causes de cet échec à la fois retentissant et répétitif. Ces presque 90% de candidats qui mordent la poussière à cet examen symbolique pour une transition vers des études universitaires sont nos enfants, nos neveux et nièces. Par conséquent, nous partageons intimement leurs déboires.
Nous devons admettre aussi que seulement 8% de réussite au bac synonyme de 90% d’échecs d’une classe d’âge, espoir de toute la Nation, constitue un naufrage collectif, une catastrophe nationale. Devant mobiliser toutes les bonnes volontés pour que pareille désillusion ne se renouvelle plus.
Nous sommes responsables de la faillite du système d’enseignement en vigueur. Pourquoi ? Parce que nous soutenons le même système de pouvoir, dont les dirigeants n’ont jamais pu effectuer un cursus exemplaire d’études scolaires ou académiques. Dans ces conditions, l’enseignement public coule et va à une dérive certaine et programmée. Nos pauvres enfants sont sacrifiés à cause de notre inadmissible complicité persistant à soutenir un système politique défaillant. Et les cris d’orfraie, qui seront vite oubliés dans quelques jours, n’y pourraient rien.
Nous préférons enfoncer nos têtes dans des sables mouvants pour ne pas admettre la réalité. Cette politique d’autruche ne résoudra pas le problème. Nous sommes entièrement responsables de ce qui advint à nos enfants à cause de nos soutiens aveugles d’un système qui détruit à petit feu tout ce qui avait été mis en place dans les années succédant à l’indépendance.
Je me souviens de nos classes en dur, peintes chaque année. Des tables bancs quasi neuves avec encrier. Des robinets suffisants pour nous désaltérer. Au lycée, la plupart d’entre-vous étaient pris en charge à l’internat. Et je me rappelle qu’en classe de 3ème avoir reçu 23 livres dont 7 en latin. Puisque j’étais pensionnaire des séries classiques au lycée. Une question me taraude toutefois. Mais pourquoi l’enseignement public a-t-il dégénéré et est tombé dans une si pitoyable décadence ?
Notre pays est en théorie devenu plus riche avec la perspective d’être producteur de gaz dans les deux prochaines années. Pourquoi sommes-nous incapables de mettre en place une politique ambitieuse d’éducation publique digne de ce nom ? Toutes nos élites devraient avoir honte d’être les derniers de la classe en Afrique pour la réussite au bac de nos enfants. À des années-lumière du Mali et du Niger. Des pays considérés parmi les plus pauvres d’Afrique et du monde. Où est notre prétendue fierté ? Perdue dans les abysses de la malgouvernance et d’une corruption sans précédent.
J’en appelle enfin à ces « Zélites » déboussolées de se ressaisir et retrouver un minimum de dignité. Elles devront œuvrer désormais pour un avenir radieux des enfants de la République. Tous les enfants bien sûr. Un tant soit peu de civisme. C’est un minimum que mérite ces pauvres enfants laissés en déshérence. Victimes de non-assistance à enfants en perdition.

Béchir Fall

(juriste)

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire