Communiqué du Collectif chargé de la défense de l’ancien Président de la République

Communiqué du Collectif chargé de la défense de l’ancien Président de la RépubliqueTaleb Khyar Mohamed – Au vu des violations persistantes des droits fondamentaux de l’ancien président de la république, en tant que détenu, violations qui se répètent depuis une quarantaine de jours.

Au vu des attitudes attentatoires au droit des avocats de l’ancien président d’accéder librement à leur client, durant son incarcération.

Le Collectif chargé de la défense de l’ancien président de la république, attire l’attention de l’opinion nationale et internationale sur ce qui suit :

1) Que notre client est incarcéré en isolement total, interdit de toute visite des membres de sa famille et des siens, de tout exercice physique, de tout accès aux rayons du soleil, privé de tout moyen de communication, le tout en violation flagrante du décret 153/70 du 23 mai 1970 portant règlement intérieur des établissements pénitentiaires, les articles 648 à 652 du code de procédure pénale, ainsi que les règles minima révisées des Nations Unies pour le traitement des détenus dites « Règles Nelson Mandela », particulièrement les règles 1, et 58.

2) Qu’en toute illégalité, les éléments de la sûreté déploient toutes sortes de stratagèmes, pour nous empêcher d’accéder à notre client et de lui rendre librement visite, alors que la liberté d’accès de l’avocat à son client est un principe fondateur du procès équitable, comme elle est expressément consacrée par l’article 103 du code de procédure pénale.

3) Que pour trouver un dénouement à cette situation inique, inhumaine, dégradante, intolérable, le collectif a communiqué avec l’administration pénitentiaire, ainsi qu’avec le ministère de la justice, pour plus d’une semaine, au cours de laquelle, il a été notamment reçu par son excellence le Ministre de la Justice Garde des Sceaux, en présence de son collaborateur, en la personne de monsieur le directeur de l’administration pénitentiaire, entretiens à l’issue desquels, il nous a été promis qu’il serait trouvé une solution rapide et équitable à cette situation. Hélas ! Sans suite.

4) Qu’au vu du maintien de notre client en isolement total, et en considération de son intérêt à rencontrer sa défense, le collectif a décidé de rendre visite à l’ancien président de la république Mohamed ould Abdel Aziz, et déclare faire porter aux autorités exécutives la responsabilité des violations des droits de l’ancien président et ceux de la défense.

Le Collectif.

Nouakchott le 3/8/2021.

via cridem

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire