Verdict dans l’affaire de la BCM : zones d’ombre et interrogations

Verdict dans l’affaire de la BCM : zones d’ombre et interrogations  Le tribunal correctionnel de Nouakchott-Ouest a rendu la semaine dernière, son verdict dans l’affaire de détournement opéré sur l’une des caisses de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), qui a défrayé la chronique, fait couler beaucoup d’encre et de salive au milieu de l’année 2020.

Une première manche dont l’épilogue renvoie à une peine privative de liberté, mais aussi et surtout, à un chapelet d’interrogations. Des questions de nature à semer le doute et troubler les esprits les plus méthodiques, au sujet du véritable rôle de la personne reconnue coupable.

La faute à un traitement bancal lié à la non-audition de certains responsables de l’institution et des responsables de la présidence de la République du temps d’Ould Abdel Aziz.

Des témoignages au niveau de l’instruction et pendant l’interrogatoire devant la barre, qui auraient pu permettre de voir plus clair dans cette nébuleuse affaire. Pour le moment, le constat est le suivant : « la cerveau » des soustractions frauduleuses est maintenue dans les liens de l’accusation, en dépit de la brillante plaidoirie de ses avocats.

En effet, Illustre inconnue, propulsée devant les projecteurs des médias et placée au centre des conversations sur les réseaux sociaux par ce dossier, Mme Tebiba mint Alioune NDiaye, principale accusée, a été condamnée à une peine de six ans de prison ferme, 500.000 anciennes ouguiyas d’amende, mais aussi au remboursement de 935.135 euros, plus 558.675 dollars à la Banque Centrale de Mauritanie (BCM).

Les montants, dont le remboursement est ordonné par la décision du tribunal correctionnel de Nouakchott, correspondent strictement à ceux avancés par la presse au sujet des soustractions opérées dans les caisses de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM).

La décision comporte la confiscation de tous les fruits générés par les biens détournés. Toutefois, l’ancienne caissière n’a pas été reconnue coupable de l’infraction connexe de blanchiment de l’argent.

Par ailleurs, le verdict du tribunal correctionnel de Nouakchott/Ouest a condamné Abderrahmane Ahmed Salem dit Ahmed Thouthou, célèbre patron de la Maison du Cinéaste, à six (6) mois de prison ferme. Une peine adoucie dont l’explication réside dans une requalification des faits qui lui étaient reprochés au moment de l’enclenchement de la procédure.

Ainsi, Il retrouve la liberté après une détention préventive supérieure à la peine prononcée. Le ministère public a fait appel contre la décision du tribunal correctionnel de Nouakchott/Ouest.

Dans le même état d’esprit, la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), constituée partie civile dans le dossier, a décidé de faire un recours estimant que le jugement rendu n’intègre pas toutes les dimensions du préjudice à réparer.

Tebiba, bouc émissaire idéal ?

Mais au-delà des griefs formulés par le parquet, dans son rôle de défenseur des intérêts de la société et la BCM, en sa qualité de partie-civile, le feu roulant des questions portent sur le rôle de la principale condamnée, Tebiba mint Alioune NDiaye.

Cette dame serait-elle le cerveau de l’affaire ? La seule véritable coupable de tous les actes minutieusement décrits depuis le début de ce feuilleton, dont le premier épisode vient de connaître son épilogue?

Ou serait-elle simplement l’arbre qui cache la forêt des commanditaires et coauteurs d’actes de prévarication impliquant d’autres personnes encore à l’abri des poursuites?

Pourquoi certains responsables de la Banque Centrale, qui auraient pu éclairer les juges sur plusieurs points, n’ont pas été entendus à titre de témoins ? Pourquoi le nom de l’ex-première dame cité au début de l’affaire, a par la suite disparu du traitement du dossier ?

Pourquoi le système de contrôle de la caisse de la BCM en trois (3) temps, qui avait court, et a toujours empêché les détournements, n’est plus en vigueur? Pourquoi les caméras qui balayaient les caisses, tombées en panne, n’ont jamais été réparées ?

Autant de zones d’ombre dont on espère que le jugement en appel permettra d’élucider pour que justice soit enfin rendue.

AS
Le Calame

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire