Coup de plume : Aziz arrêté, Ghazwani à Paris, c’est quoi le topo ?

Coup de plume : Aziz arrêté, Ghazwani à Paris, c’est quoi le topo ?Initiatives News – Curieux que Mohamed Ould Abdel Aziz se fasse interviewer sur France 24 pour parler de la situation au Sahel et que par la suite il se fasse arrêter le même jour.

Curieux aussi que Mohamed Ould Ghazwani, Président de la république, se rende en France le lendemain de cette arrestation dont le seul prétexte avancé est la non présentation de l’ex chef de l’Etat devant le juge en charge de son dossier.

Ould Abdel Aziz malgré ses déboires avec la justice s’est toujours comporté et exprimé librement. Conférences de presses par-ci, interviews par-là ; promenades et sorties, genre « je vous méprise » (houeyguer koum), tout a été expérimenté par le putschiste en chef qui eut à maitriser la Mauritanie et ses hommes une douzaine d’années durant.

L’homme s’est d’autant plus montré arrogant que quand il décida de faire le chemin à pieds pour se présenter devant le juge, il a drainé le pouvoir et les badauds derrière lui…

Des policiers à ses trousses, c’est véritablement une chose qu’a réussi l’ex colonel qui, du temps de la transition de 2005-2008, avait réussi à manipuler des hommes pour en faire des parlementaires utilisables à des fins de fronde contre Sidi Ould Cheikh Abdellahi…

De chef de l’Etat adulé, craint et vénéré, Mohamed Ould Aziz est passé à opposant marginal, esseulé, abandonné…Il a tout de même imposé sa présence sur une scène où les médias, réseaux sociaux et médias classiques, en manque d’inspiration ne demandaient pas mieux que d’avoir un fournisseur de faits pour continuer de s’exprimer.

Pas un jour ne passait depuis qu’il a quitté le pouvoir en 2019 sans que l’ancien chef du bataillon présidentiel devenu Président de la République fasse la une des journaux ou sites web de la place.

C’est dire que dans sa disgrâce, Mohamed Ould Abdel Aziz a joué la tactique de l’homme médiatisé. Jeune Afrique, France 24, RFI et une kyrielle d’autres médias locaux qui ont rempli les salles où il faisait ses conférences, tous ont joué le jeu de l’ami de 40 ans de l’actuel chef de l’Etat….Et le mardi 22 juin à 20heures, on nous dit qu’il est arrêté…Il était apparu sur France 24.

Le journaliste commence par lui dire qu’avant d’aborder le sujet de ses déboires avec la justice de son pays, il allait l’interroger sur la situation au Sahel…Une entrée en matière qui prend la forme d’une pub d’un ancien soldat sur qui la France avait bien voulu compter par le passé…

C’est quoi donc le topo dans un contexte où la France perd son aura et son influence au Sahel et où un ancien chef de l’Etat qui eut à jouer aux justiciers dans la forêt du Wagadou face à des groupes terroristes reprenne subitement de l’importance à travers des média français.

On le sait, le Sahel, c’est la carte stratégique de la France. Le G5 Sahel est le fruit d’un agenda de la France. C’est sa part du gâteau Afrique. Au Tchad, Déby se fait réélire puis meurt sur le champ de bataille, son fils prend le pouvoir faisant fi de toute disposition constitutionnelle dans un pays supposé être démocratique.

La France entérine. Les hommes installés par les tombeurs d’IBK sont se font éjecter du pouvoir. Goita reprend les choses, un peu comme Ould Abdel Aziz en son temps. Mais la France se montre grincheuse.

Cette même France qui avait fini par composer avec les violateurs de la démocratie en Mauritanie en août 2008 est visiblement en train de se bien se positionner dans un Sahel confortable uniquement pour ceux qui ont décidé d’en faire le zone d’influence. C’est à se demander quelles pièces de l’échiquier la France compte actionner dans une lancée machiavélique…

Entre temps la Mauritanie et sa population se débattent dans l’insécurité et la peur…

Kissima

Via cridem

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire