Au commencement était l’Ecole 1 d’Akjoujet ..

Peut être une image de debout et plein airC’est dans cette salle de classe protégée par l’ombre de la grande véranda rectangulaire ,
que j »ai fait mon CE2 ..
Il faut dire que cette belle école était une réplique de l’école fédérale d’Atar appelée Ecole 2..
Cette continuité dans la forme qui se trouvait , au fond , complétée par l’uniformisation de l’enseignement fondamental , celle de ses méthodes et de ses outils, était de nature à éloigner de moi le sentiment du dépaysement.
D’ailleurs , un Atarois , soit dit en passant , ne se sent jamais dépaysé à Akjoujet sauf le jour où l’équipe de football joue contre Atar ( mais ça c’est une autre histoire)
Sérieusement, le dépaysement était exclu dans l’ambiance républicaine de l’école 1 d’Akjoujet .
Dans cette belle école nous avons, indépendamment de nos origines appris à appartenir à un seul pays :
Ici nous avons eu tout de la Nation qui nous avait pris en charge : cahiers , livres, plumes, encriers, craies , crayons, buvards, chiffons , gommes , équerres, cahiers de dessein , boite de couleurs et que sais je encore ? Ici nous étions une espèce d’enfants gâtés.
Ici , nous autres de la génération Remi et fati avions le sentiment que le grand-père kakoumbo était là pour nous protéger contre les méchants crocodiles du marigot . Ici , le cercle des  » Amis lisons ensemble ‘ avait fait le beau rêve de la Mauritanie.
Abdel Kader Ould Mohamed
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire