La violence: Des jeunes sans conscience. Ayant perdu toute confiance.

Mon cœur saigne.
Mon âme meurtrie.
Mon corps flétri.
Mon pays traîne.
Dans d’affreuses violences.
Des jeunes sans conscience.
Ayant perdu toute confiance.
Dans les ténèbres de la déviance.
Sans plus de référence.
Ni aucune expérience.
À la place du verbe des insultes.
Pour rien on crie et on exulte.
Jusqu’en perdre tout contrôle.
Et, on se retrouve en tôle.
Partout cette violence inouïe.
Si ce n’est pas vue, c’est par ouïe.
Les jeunes ont tout perdu.
Les familles ont tout rendu.
Les pères ont démissionné.
Les mères ont abandonné.
Le pouvoir a tout balancé.
Tout se fait par violence.
Il n’y a plus de patience.
Parce qu’elle est devenue lâcheté.
Il n’y a plus d’honnêteté.
Car, elle est source de pauvreté.
Depuis qu’est perdue la vérité.
Il n’y a plus de fervente amitié.
Là, est enterrée la fraternité.
Depuis que la l’argent est roi.
Et que, le peuple a perdu foi.
Il n’y a plus de respect des lois.
Chacun est maintenant pour soi.
Souhaitons qu’Allah soit pour tous.
Pour le bonheur et la paix pour tous.

Saidou Abdoulaye Ba.
Contre la violence.
Nouakchott le 8 juin 2021.

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire