Guerre du Sahara: L’Attaque de LAGUERA /par Colonel (E/R) Mohamed Lemine Ould Taleb Jeddou

Accueillant le 3 EDC, commandé par le Lieutenant Ely Ould Moctar M’bareck et le 5 EDC, commandé par le Lieutenant Sidi Ould Moulaye Ely, le 09/12/75, débarqués à la base Wajaha par deux Mercedes 19/24, après un voyage infernal de trente six heures, le Groupement Numéro 1 (G1) sous le commandement du Commandant Ahmedou O/Abdallah reçoit l’ordre d’occuper Laguera, où se sont retranchés une centaine de partisans du front polisario.
Pour cette mission, le G1 dispose de six unités, d’une demi-batterie d’artillerie 105 HM2 commandée par le Capitaine Dieng Nadirou et d’une Section de Mortiers Lourds (SML) amie.
Laguera est une petite localité construite sur une falaise entourée d’un glacis en forme de croissant s’étendant du nord-ouest au sud-ouest dans le sens des aiguilles d’une montre. A l’ouest, Laguera prend appui sur un récif infranchissable bordé par l’océan atlantique sur tout son front. L’unique accès à la localité est une petite piste asphaltée parsemée de “nids de poules” qui dérive la route Ghirane – Cansado.
Le 13/12/75, le G1 lance sa première action offensive qui s’écroule sur les remparts de la ligne de défense des combattants du Front Polisario, bien postés sur les hauteurs dominant le billard de 800m entourant la localité . Après ce premier échec, tout en continuant d’assiéger la localité, le G1 se réorganise, ré articule ses unités et se met à l’élaboration d’une manœuvre qui permettra la prise de Laguera.
Le 15/12/75, des hommes armés, dans une opération amphibie choc, embarqués sur trois vedettes de guerre, prennent pied sur la côte, bousculent le 5 EDC installé à la Tour bleue, s’en emparent et procèdent a une ouverture de route entre la tour Bleue et Laguera. Pendant une heure de temps des Land Rovers et des camions du Fpolisario franchiront en ravitaillement en direction de Laguerra, avant que les auteurs de l’opération ne s’évanouissent.
Une opération dont la conception et la précision de l’exécution ne peut émaner que de commandos professionnels d’une armée régulière et non de guérilleros encore armés de mousquetons et de carabines de calibre 12m/m.
Pendant six jours, en l’absence de renseignements précis sur le dispositif de l’ennemi et avec des liaisons de transmissions défaillantes, les assauts et les esquives se succèdent sans résultats apparents face à la citadelle imprenable, ébranlant fortement le moral des troupes et semant le trouble dans l’esprit des chefs.
Le Skyvan, piloté par le capitaine Mohamed Ould Bah dit Kader fait les navettes entre Nouadhibou et Boulenouar apportant des renforts en hommes et des approvisionnements en munitions.
Après trente six heures de bombardements intensifs de la demi-batterie d’artillerie et sous la couverture des tirs d’accompagnement de la SML, le 19/12/75 vers seize heures, le 3 EDC, le 5 EDC et le 9ER, commandé par le Lt Mohamed Ould Lekhal, lancent un assaut ultime, brisent la résistance ennemie, perforent le dispositif de défense et prennent la localité vers 18 heures.
Mohamed Lemine Taleb Jeddou
Extraits de “La Guerre sans Histoire”
Sincères remerciements à Mohamed Donnat!
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire