Scandale au ministère de l’Enseignement supérieur

Scandale au ministère de l'Enseignement supérieurAlakhbar - Le ministère des Finances a récupéré la somme de 720 millions ouguiyas anciennes, dépensées sur le compte du budget du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des NTCI au profit d’une société dénommée « Komunik ».

La société a écrit à la banque Al Amana, lui demandant de le rendre, alors que des sources au sein du Département, qualifie les services fournis par Komunik au ministère de fictifs.

Un montant de 72.094.218,12 ouguiyas nouvelles (plus de 720 millions anciennes) avait été transféré dans le compte n°: 0012510043 à la Banque Al Amana, le 05-06-2021, pour l’année 2021.

Le ministère des Finances a adressé le 05-10-2021 au PDG de ladite banque, en l’occurrence Ahmed Salem Ould Bouna Moctar, la correspondance portant le n° 000798/21, l’ordonnant de restituer le montant et de le virer dans le compte n°: 32110001 ouvert auprès de la Banque Centrale de Mauritanie.

Le montant, a été décaissé du budget de la direction générale des technologies de l’information et de la communication, administrée depuis des années par Mohamed Lemine Ould Salihi.

La somme en question représente 50% du budget général de cette direction. La direction précitée avait signé deux marchés avec la société Komunik.

Le premier, d’une durée de 3 ans et en vertu duquel, la société fournit 3000 licences d’utilisation de Microsoft contre 1,5 milliard ouguiyas, dont 750 sont les services publics, remonte à 2015.

Dans le second marché qui s’élève à lui à 2,3 millions de dollars, il est stipulé que le montant devra être payé en trois versements, dont le premier dés la signature.

Des employés de la direction générale des NTCI l’accusent de complaisance avec Komunik, dans le maintien de cet accord depuis plus d’une décennie sans qu’elle fournisse en contrepartie des services au secteur.

Ce genre d’accords ne peut être conclu et être maintenu sans une complicité et un partenariat avec la direction, ont affirmé certains membres de son personnel, la rendant responsable du sujet.

Le secteur technologique en Mauritanie a connu et continu d’être marqué par de nombreux marchés sur fond de corruption, restés à l’abri de toutes les enquêtes menées par les parties chargées du contrôle dans le pays, ont-ils dit.

Komunik est représentée par la dame d’affaires Glana Mint Gharabi.

Le montant dépensé pour cette société dépasse le budget de nombreux directions et départements du ministère de l’Enseignement supérieur, tels que l’Agence nationale de la recherche scientifique (39 000 000), la Société de développement des infrastructures numériques (7 100 000), l’Autorité mauritanienne d’assurance qualité (6 000 000) ), et le Département des ressources humaines (2 751 250), ainsi que le Département de la stratégie, de la programmation et de la coopération (559 125) et le Département du développement de l’enseignement supérieur privé (621 250).

Les archives de cette société, qui intervient en tant qu’intermédiaire entre la Mauritanie et la société américaine « Microsoft », ont montré sa détention depuis plus d’une décennie d’un contrat avec Nouakchott, et que les sommes qu’elle recevait du Trésor public sont estimées à des milliards ouguiyas.

Une source au sein de la direction générale des NTCI au ministère de l’enseignement supérieur affirme que Komunik ne fournit – en fait – aucun service au secteur, du fait qu’elle s’apparente à des entreprises fictives, ajoutent-elles.

La source qui a préféré garder l’anonymat indique que la société se limite à certains sites Web gouvernementaux et courriers électroniques officiels, soulignant qu’elle avait organisé par le passé des formations au profit de certains responsables, mais ces formations se sont arrêtées depuis très longtemps.

La source s’est étonnée par ailleurs du recours fait par des parties gouvernementales à des sociétés intermédiaires au lieu de signer des contrats directement avec « Microsoft », considérant que même cette option ne semble pas être la meilleure pour le secteur.

Au contraire, il vaut mieux orienter ces sommes vers le soutien de la recherche scientifique et la fourniture d’équipements et d’infrastructures au profit des ingénieurs mauritaniens.

Le regretté ministre Mohamed Ould Khouna avait tenté au cours de sa gestion du Département, d’annuler ou de modifier cet accord, mais des « instructions supérieures » avaient stoppé ses efforts, ont révélé également des sources dans le secteur.

Contacté au à plusieurs reprises n° (**** 2040), afin de recueillir son point de vue sur le sujet et les raisons qui ont conduit la direction à dépenser le montant récupéré par le ministère des Finances, ainsi que pour s’informer sur les services présentés par la société à son département, le directeur général Mohamed Lemine Ould Salihi n’a pas répondu à son téléphone.

Contacté également au n° (**** 4697), mentionné dans l’accord signé avec le Département la société Komunik, n’ a pas également racroché.

Traduit de l’Arabe par Cridem

https://alakhbar.info/?q=node/33098

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire