Le Mans. Il part jouer son « Andromaque » en Mauritanie

Le Mans. Il part jouer son « Andromaque » en MauritanieOuest-France – Le comédien et metteur en scène manceau, Jean-François Cochet, s’envole samedi 15 mai 2021 pour la Mauritanie. Il va donner trois représentations d’« Andromaque » de Racine. Une adaptation où il est seul sur scène.

Quand Jean-François Cochet prendra l’avion à destination de Nouakchott, capitale de la Mauritanie, samedi 15 mai, il voyagera léger ! Quatre tee-shirts dans sa valise avec les noms d’Oreste, Hermione, Pyrrhus et Andromaque suffiront pour les besoins de son adaptation d’ »Andromaque » de Jean Racine.

«On me fournira sur place les chaises nécessaires pour poser les tee-shirts », sourit le comédien et metteur en scène manceau. Il part en Mauritanie pour donner trois représentations de son adaptation de cette tragédie classique à l’Institut français et au lycée français de Nouakchott.

Pourquoi la Mauritanie ? « J’ai été contacté par le proviseur du lycée français de Nouakchott qui a également été proviseur du lycée Colbert-de-Torcy à Sablé-sur-Sarthe. Il est tombé sur le « teaser de mon spectacle et a estimé qu’il serait intéressant pour les élèves de son établissement. Nous avons été pions ensemble quand nous avions une vingtaine d’années au lycée Funay du Mans. Il a découvert que j’avais poursuivi dans la voie du théâtre », explique le comédien tout au plaisir de cette destination inattendue.

Dans son adaptation, l’artiste manceau incarne successivement les quatre personnages de cette tragédie racinienne de l’amour impossible.

« J’ai supprimé les rôles des confidents de la pièce de Racine pour me concentrer sur les relations entre les quatre personnages principaux », indiquait-il dans « Le Maine Libre » en juillet 2018 à quelques jours de son départ pour le festival d’Avignon pour y présenter « Andromaque ».

Dans cette version épurée, à la mise en scène minimaliste, le comédien partage son plaisir à dire la langue classique.

Une nouvelle scénographie

Jean-François Cochet a donné une trentaine de représentations de son spectacle notamment en Sarthe, dans l’Ouest et en région parisienne. « Cela marchait bien puis il y a eu le confinement. »

Le comédien a profité de cette parenthèse pour retravailler son adaptation dans une nouvelle scénographie, moins minimaliste. Un travail finalisé lors d’une résidence à La Fonderie en collaboration avec Eric Minette (scénographie) et Florian Laze (lumière). Cette nouvelle version sera notamment présentée les 6, 7, 8 octobre à L’Eve au Mans.

Un nouveau spectacle est en gestation. « Un monologue mais un texte moderne cette fois-ci » confie l’artiste. Le seul en scène est un genre qui lui convient. « J’aime prendre le temps de la réflexion quand j’aborde un texte. J’aime le triturer. »

Le Maine Libre & Isabelle JULIEN.

via cridem

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire