Vidéo: Entretien avec Mokhtar Ould Daddah à propos de la nature des rapports entre le Maroc et le peuple mauritanien

Dans une interview radiophonique réalisée et diffusée le 8 septembre 1960, soit environ trois mois avant la déclaration d’indépendance de la République islamique de Mauritanie, le président Mukhtar Ould Daddah a répondu à une question du journaliste Jean Lacoutoure concernant   la revendication par le Maroc  sur la Mauritanie et  sa base historique et linguistique, en disant que les arguments historiques dans ce domaine ne valent  absolument rien dire , car il n’est pas possible dans le monde contemporain des relations internationales de construire une revendication sur la base de justifications historiques.

Il se demanda: que diraient les Français et les Allemands si les Espagnols protestaient contre le passé et pointaient du doigt une certaine période de l’histoire et disaient que Charlemagne (également connu sous le nom de Charlemagne ou Charles le Grand), ainsi que Charles Quint, avaient étendu son contrôle. sur la plupart de l’Europe un jour, faire de la France ou de l’Allemagne actuelle une partie De ou affilié à l’Espagne?

Image de prévisualisation YouTube
La base historique des arguments de la revendication marocaine est fausse, dit Mokhtar, avant d’ajouter: L’Empire Cherifien n’a pas compris la nature de ses relations avec la Mauritanie;
Que la prière au nom du Sultan soit faite à  Tombouctou , un certain temps, ce qui est un fait historique qu’il ne nie  pas , cependant la priére au nom du Sultan n’a jamais été faite en Mauritanie, ni à Ouadane, ni à Chinguetti, ni à Atar. , ni à Tjijka, ni à Tichit, ni même à Walata,qui étaient   les villes historiques mauritaniennes habitées à cette époque et constituant un espace de vie urbaine.
Si l’argument historique devait être utile dans notre monde actuel, il serait plutôt en faveur de la Mauritanie, car quiconque s’intéresse à  l’histoire ne peut ignorer  l’épopée des Almoravides ou le fait qu’ils sont des Mauritaniens sortis de la périphérie du fleuve Sénégal , en particulier la zone proche de notre nouvelle capitale, Nouakchott, pour traverser le désert et établir la ville de Marrakech.
Puis il clarifie: si nous pointons l’histoire et partons d’elle, c’est la Mauritanie qui devrait avoir des revendications sur  le Maroc, mais ce n’est pas l’impérialisme et elle ne veut absolument pas agir de cette manière.
Source : http://aqlame.com/node/5173
Traduit par adrar.info
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire