Ne pouvant m’atteindre, la directrice générale des impôts s’en prend à ma mère…


Ne pouvant m'atteindre, la directrice générale des impôts s’en prend à ma mère…
Majesté, altesse sérénissime reine en fin d’heure…Tout d’abord, j’aimerais vous assurer que vous lisez mes derniers mots à propos de cette affaire fruit de vos méthodes et celles de quelques-uns de vos agents. Vous êtes une femme et mon éducation m’interdit de ferrailler avec vous.

Pour des motifs désormais de moins en moins mystérieux, vous semblez séquestrer l’attestation de non assujettissement à la TVA à laquelle j’ai droit sans laquelle vous espérez peut-être que je ne serai jamais payé. Pourquoi cette hostilité ? Si je ne vous savais pas indépendante de toute connivence avec certains sulfureux hommes d’affaires politisés, j’aurais pu être tenté de vous accuser de n’être que le pantin de leurs manoeuvres. Heureusement je sais combien vous semblez mériter votre poste au seul service des intérêts de l’Etat, aussi la raison de cet abus de pouvoir présumé à mon sujet reste un relatif mystère.

Je vous laisse le bénéfice du doute et vous promets que je ne parlerai plus de notre affaire et je n’irai plus devant votre bureau réclamer mon droit. Aussi ai-je laissé ma carte à votre adorable secrétaire en lui disant de bien vouloir m’appeler dans une semaine, 15 jours, un mois ou quand vous ne serez plus en fonction pour m’annoncer que mon attestation est délivrée du mystère de sa captivité. Dès que l’attestation sera signée inchallah, je délivrerai cette fumée blanche à l’opinion publique de sorte que chacun puisse juger du temps requis à l’efficacité de vos services.

Voilà pour moi. En ce qui concerne ma mère, j’ai voulu jusque-là taire son identité mais les développements nouveaux de cette affaire m’obligent à en dire quelques mots afin de ne pas vous laisser étaler votre version sans de quoi la relativiser en toute bonne foi.

Comme je l’ai écrit l’autre jour, vos services sont venus mettre des cadenas à ses boutiques. Elle est allée avec son fils s’expliquer avec les agents d’une agence de proximité des impôts. Par hasard je les ai retrouvés en ce haut lieu de l’honnêteté fiscale car je cherchais des nouvelles de mon attestation en fin de circuit comme ils disent. Mon frère m’a expliqué assez vite le problème en me montrant des documents qui prouvent bien des manigances de certains agents depuis des années sur le dos de gens pas très au fait du droit fiscal sans d’ailleurs que les sommes versées ne soient toujours arrivées au Trésor…

Le chef d’agence a dit que vous seule pouvez régler le problème. Ils sont donc allés à votre bureau et ma mère   a demandé à votre secrétaire de vous dire qu’elle est l’épouse de Dr A Ould S.A ex président de la CENI et qu’elle aimerait bien rencontrer la DG pour voir comment régler ce problème. Quelques minutes plus tard, sans dire bonjour vous êtes sortie et vous avez quitté les lieux la laissant plantée là.

Fâchée, humiliée et persuadée de subir une injustice venant des impôts, elle a décidé de retirer les cadenas. Quand j’ai appris ça, je lui ai dit qu’il ne fallait pas le faire car c’est illégal mais ma mère a un âge respectable et ce n’est pas toujours facile de lui expliquer le risque qu’elle a pris face à des gens qui ne reculeront devant rien pour l’accabler. Samedi les services des impôts sont revenus mettre les cadenas.

Ce matin lundi 26 avril, ma mère et son fils sont retournés à l’agence de proximité pour trouver une solution. Là ils ont appris que vous avez donné l’ordre de porter plainte contre elle. Merci.

J’imagine la suite, vous allez éplucher son dossier et prouver que sa situation fiscale est discutable et que les impôts sont du côté du droit. Dans un Etat de droit des histoires pareilles se terminent au tribunal car on peut même porter plainte contre l’Etat mais chez nous certains abusent de leur pouvoir soi-disant au nom de l’intérêt de l’Etat quand il s’agit parfois de raisons inavouables mais désormais assez claires.

Parlons des méthodes de vos services. Vu les chiffres disponibles sur le site officiel du trésor mauritanien, vos services ont réussi à soutirer au contribuable plus d’argent en 2020 année de la crise sanitaire par excellence avec l’économie en berne, couvre-feu, confinement qu’en 2019. Vos services ont pris 170,8 milliards en 2020 contre 150 milliards en 2019. Comment ont-ils fait alors que l’Etat a dû rectifier sa loi de finance 2020 car il n’espérait plus qu’autour de 140 milliards ? Comment ont fait vos services pour dépasser les prévisions de l’Etat alors que l’activité économique était au ralenti et que les commerces et les entreprises avaient fatalement moins de  chiffre d’affaires ?

Ils ont fait ce qu’ils savent si bien faire quand le contribuable n’a aucun recours. Voilà votre seul mérite que n’importe qui disposant d’un tel pouvoir de nuisance pourrait faire à votre place. De là que les investisseurs étrangers se plaignent sans parler du commun des mortels. Les caisses de l’Etat y gagnent quelque temps mais l’économie y perd à long terme. Tout est dit.

Pour le reste, ma mère sera bien défendue inchallah sans même avoir besoin de moi. Je ne sais presque rien de vous mais j’imagine que pour en arriver à vos fonctions et à voir vos méthodes vous devez avoir de puissants soutiens. Je vous en félicite. Quant à ma mère elle n’est pas en reste machallah, elle a Dieu pour témoin, cela suffit, à cela s’ajoute le bon droit toujours clément face à la force de l’âge quand il s’agit de répondre à l’abus de pouvoir présumé doublé de l’arrogance injustifiée et accessoirement elle a aussi sa famille au plus large sens du terme.

Tenez par exemple puisqu’il faut hélas vous parler la seule langue que vous semblez comprendre : je ne sais pas d’où vous sortez mais j’imagine que vous êtes d’une noble naissance comme je sais au moins que si vous êtes la belle-soeur du fils du président de l’assemblée nationale, homme d’affaires Ould Baya, ma mère est issue d’une grand famille des Kounta et sa mère était de la grande tribu des Oulad Gueilane dont est issu mon ami le Dircab de Ghazouani, et ses oncles sont les Moulaye Zeine dont Cheina Ould Nenni si ce nom vous dit quelque chose, sa fille qui travaille à la banque centrale connaît tous les gens puissants à même d’aider les causes justes et son mari est le frère du ministre du pétrole et des mines dont les compétences rapportent aux impôts une bonne partie des sommes auxquelles vous devez votre mérite.

Vous voyez qu’elle ne manque pas de soutiens, aussi je me retire de cette affaire.

Mais avant de me taire, j’aimerais vous raconter une histoire dont le personnage principal n’est pas étranger à votre univers. Savez-vous d’où Mr B tient son entreprise de sécurité ? L’a-t-il créée à partir de rien et montée petit à petit grâce à son génie ? Pas du tout. Du temps d’Aziz un certain Y.S avait le 1er créé un tel service de gardiennage et de transport de fonds de ce niveau. Quand Aziz et d’autres ont vu qu’il prospérait machallah avec un chiffre d’affaires autour du milliard, ils ont créé une loi dont la conséquence immédiate fut de l’empêcher de travailler, céder son entreprise ou accepter d’y faire entrer un certain nombre actionnaires particuliers ce qui équivalait à le mettre sous tutelle dans sa propre entreprise.

Il lui ont envoyé les impôts avec les mêmes méthodes que les vôtres. Il a dû quitter le pays. Ainsi Mr B a pu récupérer la mise. Avec le départ d’Aziz et l’ère apaisée de Ghazouani Mr YS est rentré ayant grâce à Dieu commencé à faire fortune à l’étranger. On peut imaginer les sueurs froides de Mr B. Comme par hasard, même Aziz désarmé, il a eu à son retour bien des difficultés avec les impôts, c’est un euphémisme et n’eût été la justice venue du plus haut sommet de l’Etat il n’aurait plus qu’à repartir. De là à penser que Mr B a une influence sur les pouvoirs sans appel des impôts, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas même si tout le monde sait que vous êtes la belle-soeur de son fils.

Des histoires pareilles, on pourrait en étaler un certain nombre mais cela ne me regarde pas.

Pour finir, je vous prie de bien vouloir un jour faire votre travail et signer mon attestation de non assujettissement à la TVA car c’est mon droit. Ci-joint une copie de la demande écrite avec le français de vos services. La décharge date du 14 avril. Si vous refusez de le faire, je ne chercherai aucune intervention venant de plus haut pour vous y inviter. Je comprends pourquoi bien des consultants travaillent au noir comme je comprends tout l’intérêt politique de centraliser même la signature de documents disponibles normalement sans intervention : juste avoir un moyen de pression sur toute la république. Tant qu’il ne s’agit que de la raison d’Etat, on pourrait comprendre le procédé mais il s’agit manifestement d’autre chose à savoir peut-être des intérêts privés inavouables.

En vous souhaitant une agréable fin d’heure puisque c’est l’heure à laquelle vous arrivez paraît-il au bureau, je vous prie de croire en mon respect pour vos fonctions comme à mes regrets face à la tournure de notre contact. En attendant votre inestimable signature, je vous remercie d’avoir lu mon admiration à crédit.

Ahmed Ould Soueid Ahmed

 

chezvlane
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire