Le centre TERANIM dénonce « la ségrégation et la marginalisation volontaires » au ministère de la Culture

Le centre TERANIM dénonce Centre TERANIM – Nous avons constaté tout récemment au niveau du centre TERANIM pour les arts populaires l’important mouvement culturel du ministère de la culture à travers l’organisation et la participation à plusieurs festivals et activités auxquels ont été invités différents artistes et acteurs culturels nationaux, cependant ces invitations ont ciblé une seule couleur musicale.

Cette ségrégation et marginalisation volontaires ne sont pas nouvelles et continuent visiblement avec cette nouvelle équipe du ministère. Malgré le renouvellement dont parle le ministère dans le traitement des sujets le concernant, les arts populaires ont été exclus de toute participation ou même invitation à ces activités.

Ce patrimoine culturel malgré son importance a été exclu de l’expo du livre international du Tunis dont la Mauritanie était l’invité d’honneur. des festivités de l’expo de Dubai 2021 et d’autres événements culturels et artistiques importants organisés par le ministère au niveau national et international.

Cet absentéisme systématique nous pousse au centre TERANIM à se poser les questions légitimes: pourquoi ce traitement particulier de ces arts (Medh, Bendje, Degdaga, Tegra…..) et leurs pratiquants ? N’ont-ils pas le droit d’avoir une occasion de représenter leur pays?

Au centre TERANIM pour les arts Populaires :

– Nous refusons que le Ministère de la culture, de la jeunesse et des sports de continuer à ignorer la participation des artistes populaires aux activités culturelles internationales.

-Nous insistons sur le droit de ces artistes à représenter le pays au niveau international

-Nous invitons à la promotion et au soutien de ces artistes populaires afin de leurs donner l’occasion de montrer leurs talents et de créer des horizons artistiques et culturels plus larges.

-Nous demandons au ministère de la culture à corriger cette situation de méfiance des arts populaires du pays.

-Nous insistons sur le traitement sans discrimination de tous les artistes nationaux et de les considérer des ambassadeurs culturels du pays et comprendre que c’est un droit.

-Nous invitons le ministre de la culture à intégrer urgemment ces artistes populaires à l’agenda du ministère afin de montrer cette diversité culturelle de notre pays.

Centre TERANIM pour les arts populaires

Nouakchott, le 27 novembre 2021

Via cridem

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire