Communiqué de presse – Signature d’un accord bilatéral avec la Mauritanie dans le cadre de l’extension de l’ISSD

La France en MauritanieSon Excellence M. Mohamed Lemine Ould DHEHBY, ministre des Finances de la République islamique de Mauritanie, et M. Robert MOULIE, ambassadeur de France en Mauritanie, ont signé ce jeudi 25 novembre 2021 l’extension finale de l’accord bilatéral dans le cadre de l’initiative de suspension du service la dette (ISSD) lancée en 2020 par les pays membres du G20 et coordonnée par le Club de Paris. Cet accord met en œuvre l’amendement au protocole d’accord du Club de Paris signé le 7 septembre 2021 qui accorde à la Mauritanie l’extension de la suspension temporaire du service de sa dette entre le 1er juillet et le 31 décembre 2021.

A la suite de la crise sanitaire et de l’effondrement de l’économie mondiale, le Club de Paris et le G20 ont agréé le 15 avril 2020 une suspension temporaire, entre le 1er mai et le 31 décembre 2020, du service de la dette pour les pays les plus vulnérables.

Compte tenu de la persistance de la crise COVID-19, une prolongation de l’ISSD pour la période de janvier à juin 2021 a été actée en octobre 2020. En avril 2021, les membres du Club de Paris et du G20 ont approuvé une deuxième extension de l’ISSD, qui sera la dernière, pour une période de 6 mois entre le 1er juillet et le 31 décembre 2021.

La Mauritanie a bénéficié de l’initiative ISSD et de sa première extension. Le premier accord bilatéral signé avec la France en décembre 2020 portait sur la période entre le 1er mai 2020 et le 31 décembre 2020 pour un montant de 5 millions d’euros. Le deuxième accord bilatéral avec la France a été signé le 29 juin 2021 pour la période du 1er janvier 2021 au 30 juin 2021 pour un montant de 3,2 millions d’euros.

La signature ce 25 novembre 2021 d’un nouvel accord bilatéral avec la France permet à la Mauritanie d’obtenir une suspension temporaire du service de sa dette entre le 1er juillet et le 31 décembre 2021 pour un montant de 3,2 millions d’euros.

Le gouvernement de la Mauritanie s’est engagé à consacrer les ressources ainsi libérées à l’augmentation des dépenses permettant d’atténuer l’impact sanitaire, économique et social de la crise sanitaire liée à la pandémie de la COVID-19. Il s’est également engagé à demander à tous ses autres créanciers officiels bilatéraux un traitement du service de la dette conforme aux principes agréés par les créanciers.

Les membres du Club de Paris participant à l’initiative de suspension du service de la dette de la Mauritanie sont les gouvernements de l’Espagne et de la France.

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire