Opportunités d’exploration et d’investissement dans l’industrie pétrolière mauritanienne (Par Matthew Goosen)

Opportunités d'exploration et d'investissement dans l'industrie pétrolière mauritanienne (Par Matthew Goosen)Africanews - Suite à la découverte d’un important gisement de gaz naturel au large de la Mauritanie dans le champ de gaz naturel de Tortue en 2014 par la société américaine d’exploration et de production en eaux profondes Kosmos Energy, l’intérêt pour les perspectives pétrolières et gazières de la région a explosé, plaçant le pays saharien aux prémices d’un boom des hydrocarbures.

La découverte de Kosmos a conduit au développement du projet Grand Tortue Ahmeyim, qui est désormais détenu majoritairement par le géant du pétrole et du gaz, BP (60 %).

Situé à la frontière maritime entre la Mauritanie et le Sénégal et à une profondeur de 2 850 m, BP construit actuellement une installation flottante de gaz naturel liquéfié afin d’exploiter les 15 trillions de pieds cubes de gaz estimés du gisement, dont le potentiel de production sur 30 ans devrait commencer en 2022.

Depuis la découverte, quatre supermajors de l’industrie ont lancé des activités d’exploration au large des côtes mauritaniennes, avec 19 blocs offshore actuellement ouverts aux appels d’offres.

Le gouvernement mauritanien s’est engagé dans les premières étapes de la transformation de la ville portuaire de Nouadhibou en une plaque tournante pour la région, avec des plans pour réhabiliter la capacité de stockage de pétrole de la ville de 300 000 tonnes et pour augmenter la capacité de la capitale, Nouakchott, de 150 000 tonnes.

Ces dernières années, le gouvernement mauritanien s’est employé à encourager le développement de son secteur pétrolier et gazier terrestre – avec 15 000 km de données sismiques 2D pour le bassin de Taoudenni indiquant un potentiel de réserve – et de son industrie pétrochimique – avec des projets de construction d’une raffinerie de pétrole dans le pays.

Le plus grand acteur du secteur pétrolier et gazier en Mauritanie est BP, à la suite d’un accord conclu en 2016 pour l’acquisition d’une participation directe et de l’exploitation des blocs d’exploration de Kosmos, qui contiennent d’importantes découvertes de gaz en eau profonde et des perspectives d’exploration.

Avec une participation opérationnelle de 62% dans les blocs offshore C-6, C-8, C-12 et C-13 aux côtés de Kosmos (28%) et de la Société Mauritanienne Des Hydrocarbures et de Patrimoine Minier (SMHPM) (10%), BP s’engage dans son partenariat avec la Mauritanie pour aider au développement durable de ses ressources.

L’année 2018 a marqué de nouveaux développements dans le projet multinational Greater Tortue Ahmeyim après l’annonce de la décision finale d’investissement pour la phase un du projet entre BP, Kosmos Energy, la SMHPM et la compagnie pétrolière nationale sénégalaise, Petrosen.

Compte tenu de ces développements – et avec des réserves de 120 millions de barils de pétrole et de 1,2 trillion de pieds cubes de gaz naturel – les hydrocarbures devraient dépasser le minerai de fer en tant que principal contributeur à l’économie mauritanienne, avec des opportunités de marché ouvertes pour les investisseurs dans l’exploration pétrolière et gazière, les installations de raffinage et de stockage des hydrocarbures, et la production et la transmission d’électricité, ainsi que des possibilités pour les développeurs de fournir des fournitures et un soutien logistique aux entreprises où du pétrole a déjà été découvert.

Actuellement, la Mauritanie compte 250 permis pétroliers et gaziers actifs et 90 opérateurs actifs dans le pays. La part des revenus du pétrole et des ressources naturelles est perçue par la société pétrolière nationale du pays, la SMHPM, ces revenus étant gérés par le Fonds National de Revenus des Hydrocarbures.

Le cadre juridique et réglementaire actuel de la Mauritanie pour son secteur pétrolier en amont est son Code pétrolier, qui prévoit des règles et des exonérations fiscales concernant les activités du secteur et qui promeut et réglemente la production, l’importation et l’exportation, le transport, le stockage et la commercialisation des hydrocarbures.

Le Code Pétrolier est conçu pour permettre au gouvernement mauritanien de contribuer et de bénéficier des accords pétroliers en amont dans le cadre d’un contrat de partage de production (CPP), tout en divulguant la part du gouvernement dans les revenus ainsi que la participation du SMHPM dans les flux de trésorerie nets.

Les entrepreneurs opérant dans le secteur pétrolier reçoivent l’autorisation de l’État d’explorer, de développer et de produire du pétrole et du gaz dans le pays et sont tenus de conclure un PSC, offrant au gouvernement l’option d’acquérir une participation de 10 % pendant les activités d’exploration et une participation supplémentaire de 10 % pendant la production.

Les contractants étrangers opérant en Mauritanie sont tenus de constituer une société ou une succursale locale pour les activités d’exploration, de production et de services. Les titulaires de contrats, en vertu du code, peuvent également demander à prolonger la phase d’exploration des découvertes de champs jugées potentiellement commerciales, encourageant ainsi le développement de nouvelles ressources pétrolières et gazières.

À la lumière du brillant avenir du pays dans son industrie pétrolière et gazière, une stratégie de développement relativement nouvelle, la Stratégie de croissance accélérée et de prospérité partagée (SCAPP), préparée par le gouvernement mauritanien et couvrant la période de 2016 à 2030, a été validée par le Conseil des ministres le 17 septembre 2015. Après une analyse détaillée de la situation socio-économique de la Mauritanie, la SCAPP sert à promouvoir un développement inclusif et durable dans le pays tout en améliorant la gouvernance, en renforçant le développement social et en facilitant la création d’emplois.

La stratégie vise à encourager les activités à forte valeur ajoutée, de plus en plus vertes et inclusives, qui nécessitent une main-d’œuvre importante, afin d’atteindre une croissance continue du PIB d’au moins 7 % par an jusqu’en 2030.

Correspondant à l’Agenda 2030 pour le développement durable de la Mauritanie, l’un des principes clés de la SCAPP est de favoriser et d’encourager les domaines de production spécialisés afin de promouvoir les activités commerciales locales et de générer une main-d’œuvre ayant des qualifications équivalentes à celles des étrangers. Le rôle que les énergies renouvelables peuvent jouer dans le développement de l’efficacité énergétique du pays a été noté dans la stratégie pour contribuer à renforcer la résilience économique de la Mauritanie et améliorer les conditions de vie de la population.

Faisant partie des pays qui constituent le bassin du MSGBC – Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau et Guinée-Conakry – la Mauritanie est devenue l’une des perspectives les plus prometteuses pour les investisseurs de la région. Avec une situation privilégiée sur l’océan Atlantique, reliant l’Afrique du Nord à l’Afrique sub-saharienne, le pays est prêt à capitaliser sur ses nouvelles richesses en hydrocarbures et à soutenir l’industrie pour devenir un important marché régional et international.

En réponse à la demande croissante en énergie renouvelable et à l’intérêt des parties prenantes d’investir, de développer et de réussir dans le contexte africain, Energy Capital & Power organisera la Conférence MSGBC Oil, Gas & Power (https://bit.ly/3BKWH6I) 2021 qui se déroulera du 2 au 3 décembre 2021.

Axée sur le renforcement des partenariats régionaux, la stimulation des investissements et le développement dans les secteurs du pétrole, du gaz et de l’électricité, la Conférence réunira acteurs privés et investisseurs internationaux, désireux de s’informer et se positionner quant aux opportunités énergétiques en Afrique. Pour en savoir plus sur la Conférence, rendez-vous sur: The Energy Minute: MSGBC Oil, Gas & Power 2021 (https://bit.ly/3FGWlQF)

Distribué par APO Group pour Energy Capital & Power.
Via Cridem

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire