A une semaine de ramadan, les retraités du privé n’ont toujours pas perçu la pension CNSS promise par le président.Que se passe-t-il?

Première transition démocratique en Mauritanie: qui est Mohamed Ghazouani ?  - Vatican NewsLors de la célébration du 60eme anniversaire de l’indépendance,samedi 28 novembre 2020, le président Mohamed Ould Ghazouani a annoncé dans son message à la nation 10 mesures phares, en faveur des retraités, des veuves, du personnel enseignant  de la santé et des personnes à handicaps.

Dans ce ce discours à la nation , le président annoncé   » une augmentation de 100 % de la pension de base pour TOUS les retraités. Un doublement de la pension des veuves et de leurs prestations assurance maladie. Le payement mensuel de la pension de retraite  »

Dés cette annonce , la joie, l’espoir et l’éphorie  ont rempli les cœurs de tous le retraités mauritaniens où qu’ils se trouvent et de quelques branches professionnelles qu’ils soient .

Les retraités de la SNIM , les plus nombreux et les plus méritants de cette augmentation, sont les premiers à en féliciter le président ( http://adrar-info.net/?p=67107  )  et en s’en congratuler, des semaines durant , au travers des téléphonies, réseaux sociaux et autres outils de  communications. Ils n’avaient de sujet de discussion, ces derniers mois,  que cela, échangeant  congratulations,satisfaction et  remerciements à Dieu  .

Quelle ne fut leur déception quand, à 10 jours du début du mois béni de ramadan , cette promesse du président ne se dessine nulle part !

Pire ! Le directeur général de la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS)  informe les représentants des retraités SNIM qu’  :   » A  la CNSS , nous n’avons rien reçu concernant cette augmentation des pensions » .

Le président de la république est -il maitre de son système gouvernemental ? Comment comprendre qu’il ait annoncé, depuis plus de cinq mois ,  solennellement, officiellement,publiquement sur toutes les chaines TV et radios publiques  et privées, des mesures sociales en faveur  des citoyens qui en ont les plus besoin et que quelque part,les responsables gouvernementaux  chargés de la mise en application, ne s’exécutent pas? Ou détournent les propos du président, en prétextant que l’augmentation de la pension  ne concerne que les retraités de la fonction publique?

En tout cas, s’il s’avère que cette promesse du président à TOUS les retraités ,ne se traduise dans les faits , c’est toute la crédibilité , non pas seulement du président de la république  et son gouvernement mais de tout le système de gestion politique, économique, culturel, social dans le pays , auquel plus personne n’ y croirait ,  y compris les investisseurs et partenaires étrangers.

IL importe tout de même de se poser la question : De quels retraités parle-t-on en Mauritanie, sans se référer à ceux de la Snim-sem?

Ne sont -ils pas ces retraités SNIM , qui ont , depuis les années 80, réclamés régulièrement -à tous les pouvoirs successifs – l’augmentation de leur pension trimestrielle dérisoire de retraite?

Ne sont -ils pas ces retraité qui ont accueilli avec patience, récemment à Zouerate, le président Mohamed Ould Ghazouani et lui ont remis de vive voix et par écrit leurs doléances ?

Ne sont -ils pas ces retraités qui sont les premiers à le féliciter  , juste , après son annonce le 28 novembre dernier , des dix mesures prises en faveur des pauvres ?

Si quelqu’un aujourd’hui en Mauritanie vit dans des conditions dérisoires  et mérite une amélioration favorable de  sa situation , pour avoir rendu – toute sa vie- de loyaux et dangereux services au pays, ce sont bien les retraités de la SNIM.

Il n’est nul besoin de preuves:

- Les populations des régions de Nouadhibou et surtout Zouerate sont à majorité, des retraités qui ont servi la Snim, bien avant indépendance du pays , par le fait qu’ils sont les premiers habitants dans ces régions à construire des habitations et à s’installer en tant que citadins

- De père en fils,des hommes et femmes  ont consacré leur jeunesse , à œuvrer pour que la Miferma puis la Snim , puisse continuer à contribuer à l’économie nationale  et à toujours améliorer le  produit intérieur brut(PIB) dans le  pays.

- Grace aux devenus aujourd’hui,retraités, la Snim a pu surpasser les nombreux obstacles auxquels, elle fut confrontée (baisse periodique  du prix du fer mondial, guerre du Sahara, aléas liés aux soubresauts et changements politiques au sommet de l’Etat , catastrophes accidentelles etc..)

- Les devenus aujourd’hui retraités ont, avant que la capitale Nouakchott ne soit bâtie,  éventré la montagne pour creuser  le tunnel de Choum, aux fins d’ éviter au pays ,des contraintes qu’imposerait  le royaume voisin  d’Espagne et ont posé un chemin de fer, long de 780 km , dans un désert des plus austères et des plus rigides du monde.

-  Les retraités d’aujourd’hui, ont sacrifié la vie deneuf ( 9)  de leurs collègues et des dizaines de blessés  , le 29 Mai 1968 , pour exiger des dividendes plus importants ,tirés  des ventes du minerai sur les marchés européens, au profit du budget de l’Eta mauritanien et aux travailleurs mauritaniens

- Les retraités sont ceux là mêmes, qui ont, dés l’enclenchement de la guerre du Sahara , versé l’équivalent de 3 jours de leurs salaires, en guise de » contribution  à la défense nationale » et ce,pendant les cinq années qu’a duré cette malheureuse guerre.

- Les retraités ont bravé, toutes les circonstances affligeantes survenues, à la suite de l’attaque meurtrière ,le 1er mai 1977, par le polisario, de la ville de Zouerate, en colmatant rapidement toutes les brèches professionnelles apparues  à la suite du départ précipité  des expatriés…etc..etc…

- Les retraités qui ont accompli leur mission et quitté l’entreprise avant 2014, ont été victimes d’une fausse interprétation de la loi relative au calcul de la prime « départ à la retraite » , leur faisant perdre plus de 50% de leurs droits pécuniaires, comparativement aux autres employés des sociétés exerçant en Mauritanie.

Ely Salem Khayar

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire