VISION (III) : Mohamed Ould Abdel Aziz a fait du mal mais a fait du bien aussi…

Comment se porte Mohamed Ould Abdel Aziz ? | Afrique | DW | 13.11.2012 Éprouver  l’aspect négatif d’une question  sans évoquer son aspect positif, c’est souscrire à  un jugement partial et injuste.  Voilà  le constat  qui se dégage , dans la plupart des médias publics, privés et sur les réseaux sociaux quant au traitement de l’affaire Mohamed Ould Abdel Aziz.

Notre intention ici, n’est pas de prendre la défense de Ould Abdel Aziz car il  dispose d’un  groupe d’avocats et non des moindres et d’un comité de partisans, tous les deux,  très engagés à le défendre

IL s’agit tout simplement d’exprimer  la vision  de citoyens ordinaires, sans parti pris politique, social ou commercial, en faveur ou contre l’ancien président de la république islamique de la Mauritanie.

On n’abordera  pas  le bilan des réalisations, convaincantes  ou inconvenantes durant sa présidence, ni sur la « corruption  »  dont il est accusé actuellement.

Ould Abdel Aziz, comme tous les présidents qui l’ont précédé , a coordonné, orienté et dirigé le fonctionnement – du reste classique –  des  institutions de la république , car les budgets alloués annuellement, à ces institutions, ne sont pas destinés à être gelés dans des coffres-forts et les fonctionnaires qui y  exercent, ne sont pas là, pour « se tanner les mains de henné », dans leurs bureaux.

Les opportunistes et laudateurs  qui considèrent  donc, les extensions dans les domaines des infrastructures sanitaires, scolaires, routières etc. comme « réalisations grandioses » à mettre à l’actif de tel ou tel président de la république , n’ont rien compris !?

Ceci étant, Mohamed Ould Abdel Aziz s’est  distingué des autres présidents de la république  par son tempérament impulsif, sa lucidité intrinsèque et sa vivacité physique et mentale.

Certes, il a fait du mal abject et inexcusable, à l’endroit de plusieurs  personnalités respectables, comme c’est le cas, quand  il a levé la main sur   El Marhoum le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, la nuit du  complot  et lorsqu’il a humilié officiellement et publiquement, la mère  Mariem Daddah, parce qu’elle a souhaité que le nouvel aéroport, porte le nom de son mari, le père de la nation.

Ces insolences  enfantines et la « corruption de la décennie »  dont il est accusé, ne doivent pas cependant, cacher  certaines  décisions originales et osées de l’homme, qu’aucun autre président n’avait et n’aurait  prises :

Parmi ces décisions, certaines ont un impact et des retombées  énormes et restent inscrites à vie, dans l’intérêt des générations présentes et futures :

-          Mise en place d’un système de recensement  biométrique de  la population, condition sine qua none  pour une meilleure gestion des ressources humaines du  pays

-          Assainissement  du système de fonctionnement des finances publiques   qui a mis définitivement fin, à la pagaille qui régnait (double emplois d’un fonctionnaire, postes occupés par des morts, factures à qui va, retard de payement des salaires etc.)

-          Règlement du phénomène   de la gazra (occupation sauvage de l’espace public ,dans les quartiers de la capitale Nouakchott)

-          Troc de parcelles de terrain contre la construction d’un aéroport international pouvant accueillir deux millions de passagers. Une première en Mauritanie, en matière des procédures de  réalisations  des projets  , par laquelle les administrations  de l’Etat ont été épargnées d’intervenir  dans les  longues démarches de conception, études,  recherche de financement, planification, exécution etc.

-          Ouverture de chantiers  de recherche d’or, devant les milliers de mauritaniens etc..

Et d’autres à caractère diplomatique et médiatiques qui ont hissé la Mauritanie au podium de la renommée internationale et mis en valeur son importance géostratégique :

-           Médiation, on ne peut plus risquée, aboutissant à la conclusion d’un cessez-le-feu entre la rébellion touarègue et l’armée malienne, après les affrontements de Kidal, en mai 2014

-          Force de caractère face à ses pairs chefs d’Etats, qui lui a valu les taquineries   d’Emmanuel Macron, le désagrément du prince du Qatar , les compliments de Barack Obama  et surtout l’embarras du roi du Maroc ,qui n’a pas trouvé mieux qu’envoyer son premier ministre Benkirane,  rejoindre Ould Abdel Aziz en vacances au Tiris Zemmour ,pour lui présenter les excuses du Maroc ,à la suite d’une déclaration faite par le président du parti Istighlal .

 

Quoi qu’advienne,  Mohamed Ould Abdel  demeure un citoyen mauritanien qui fut président de la république, nous autres citoyens lambda , lui devons ,comme à tous les autres chefs d’Etat qui l’ont précédés et qui lui succéderont, le respect civique  que lui confère la constitution et humain que recommande notre Islam tolérant

Ely salem Khayar.

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire