Du non-respect des engagements de l’Etat mauritanien, cas du projet de déchets solides à Kiffa financé par l’Union européenne

Du non-respect des engagements de l’Etat mauritanien, cas du projet de déchets solides à Kiffa financé par l’Union européenneQuoi de plus désobligeant pour le principal partenaire de la Mauritanie, en l’occurrence l’Union européenne, de devoir être contraint de rappeler à l’ordre une autorité nationale, en l’occurrence le Président du Collectif régional des maires de l’Assaba, pour non-respect d’engagements contractuels. Et quand c’est le Ministre des Finances qui est interpelé dans le même cadre par son homologue de l’Économie, c’est le comble !

Pour exiger le respect par les représentants de l’Etat mauritanien des engagements en matière d’accord de co-financement de projets, la Délégation de l’Union européenne réclame le paiement d’une contrepartie pour la gestion des déchets solides à Kiffa et alentours.

En effet, la Délégation de l’Union européenne à Nouakchott, dans un courrier adressé le 12 février 2021 au Président du Collectif des Maires de Kiffa, M. Jemal Ahmed Taleb Keboud, a dû se résoudre à lui donner un délai de 45 jours pour honorer ses engagements sous peine de mesures que la partie européenne menace de prendre pour non-respect des engagements contractuels. En attendant, la Délégation de l’Union européenne a annoncé avoir suspendu le paiement de la deuxième tranche qu’il avait sollicitée (Voir fac-similé).

Le non-respect des engagements de l’Etat mauritanien s’est encore manifesté de la pire façon, lorsque le Ministre des Finances qui détient les cordons de la bourse, rechigne à donner suite à une lettre que lui a adressée dans ce sens le ministre des Affaires économiques et de la promotion des secteurs productifs le 19 février 2021 (Voir fac-similé).

Cette lettre de M. Ousmane Kane fait suite à la lettre que lui a adressée le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation le 23 novembre 2020, demandant la mobilisation de la contrepartie mauritanienne pour le financement du projet de gestion des déchets solides à Kiffa, soit 200.000 euros (8.178.000 MRU), pour ce projet financé en grande partie par l’Union européenne.

D’ailleurs, cette question semble être tellement sensible qu’aucune mention n’est faite sur le site de la Délégation de l’Union européenne en Mauritanie sur le projet de gestion des déchets solides de Kiffa.

A noter que le projet « Kiffa Déchets » est mis en œuvre par l’Association « Corail » d’aide au développement qui intervient en Mauritanie depuis 2014. Il a pour partenaire local, l’ONG ADIG et la municipalité de Kiffa. Ce projet est cofinancé par l’Union européenne, le gouvernement mauritanien et la municipalité de Kiffa.

Démarré en juillet 2019, le projet doit prendre fin en décembre 2021. Si la partie européenne a respecté ses engagements pour le cofinancement de sa part dans le projet, le Gouvernement mauritanien et la Municipalité de Kiffa n’ont pas encore honoré leur engagement en dégageant les parts qu’ils s’étaient engagés à verser lors de la signature de l’accord de partenariat.

Cheikh Aïdara

FAC-SIMILES

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire