L’armée marocaine s’apprête à attacher la «ceinture de sécurité» à la frontière du Sahara avec la Mauritanie et l’Algérie

Le magazine hebdomadaire français «Jeune Afrique», dans son édition de mercredi, a rapporté que les Forces royales marocaines ont étendu leur présence sur le terrain à la périphérie de la région du Sahara occidental, où elles ont récemment pu étendre la «ceinture de sécurité» pour atteindre  certaines parties des frontières de la Mauritanie et de l’Algérie voisines.

Selon l’article du journal français largement diffusé en Afrique, l’armée marocaine mène actuellement des opérations continues pour rétablir son contrôle sur les zones considérées comme libérées par le Polisario.

Après Guerguerat en novembre dernier et l’extension de la ceinture à une partie importante de la ligne frontalière de la région du Sahara avec la Mauritanie, l’armée royale marocaine a récemment étendu son mur de défense de 50 km à Twizky, dans l’État d’Assazag, et cette nouvelle extension est située à 3 km du mur algérien et constitue un carrefour entre le mur de sable, qui s’étend de Guerguerat aux montagnes de Rikiz, selon le rapport.

Le Front Polisario ne revendique pas le gouvernorat d’Assazag, mais il a hâte d’y mener des attaques. Cependant, pour atteindre cette zone, les membres du Polisario doivent franchir les lignes de défense algériennes, ce qui ne peut être fait qu’avec le consentement de l’Algérie. .

Le journal poursuit: «En plus de fermer les frontières du royaume, les forces armées marocaines ont également fermé un ancien point d’infiltration du Front Polisario dans les montagnes de Ouarziz à la frontière maroco-algérienne, et cette opération qui a eu lieu entre février  a infligé un autre coup aux éléments du Polisario. »
Les «monts Orekim» sont utilisés depuis les années 80 par le Polisario pour mener des opérations d’infiltration et approcher les points de défense de l’armée royale. L’armée marocaine ne se contente donc pas de sécuriser ses frontières, mais plutôt d’étendre sa «ceinture de sécurité».
La prochaine étape, selon de nombreux experts militaires, est d’étendre la ceinture de Tifariti à Amghala, qui sont des zones que le royaume revendique régulièrement », selon le journal.
Le 23 janvier, le Front Polisario a annoncé le lancement de quatre missiles vers le passage de Guerguerat, tandis que les responsables marocains évoquent de «tirs de harcèlement près de la zone».
Le 10 février, le Front Polisario a affirmé avoir tué trois soldats marocains lors d’une attaque en la région de Warkir, information qui n’a pas encore été confirmée par une source indépendante ou marocaine.
L’Algérie est également impliquée dans un différend frontalier à l’Est cette fois, et plus précisément, entre Figuig (côté marocain) et Arja (côté algérien). Le 13 mars, de nombreux Marocains se sont rassemblés à Figuig pour protester contre la perte de leurs fermes. sur des terres revendiquées par les autorités algériennes.
Source : https://www.anbaa.info/?p=63413
Traduit par adrar info

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire