Atelier sur la protection du patrimoine culturel et la lutte contre le trafic de ses biens

Le ministre de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le Parlement, M. Lemrabott Ould Bennahi, a supervisé, vendredi, à Nouakchott, l’inauguration d’un atelier destiné à la protection du patrimoine culturel et la lutte contre le trafic illégal des biens culturels en Mauritanie.

L’atelier s’inscrit dans le cadre d’un accord international entre la Mauritanie représentée par le ministère de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le Parlement et le Bureau de l’Unesco au Maghreb, à travers un programme de formation visant à protéger le patrimoine culturel et à lutter contre le trafic illicite de celui-ci.

La formation doit par la suite concerner les secteurs des douanes, de la police et de la justice.

Au cours de cet atelier, de deux jours, les participants parmi les éléments de la gendarmerie nationale auront à suivre des présentations sur les différentes composantes du patrimoine mauritanien et un briefing sur la loi nationale protégeant le patrimoine que la Mauritanie a adoptée l’année dernière.

Le ministre a souligné que la préservation du patrimoine culturel est une condition préalable à la consolidation de l’identité nationale et un important vecteur du développement et un moyen pour favoriser davantage de prospérité et de bien-être, ce qui nécessite davantage de travail pour renforcer le patrimoine culturel national en stimulant les capacités de contrôle, en concrétisant le programme de Son Excellence le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani.

Il a ajouté que le département accorde une attention particulière à cette orientation, soulignant son engagement à participer activement aux efforts du système international de lutte contre le trafic illicite de biens culturels, convaincu qu’il est de la nécessité de conjuguer les efforts nationaux, régionaux et internationaux dans ce domaine.

M. Lemrabott Ould Bennahi a, ensuite, passé en revue les réalisations de ce secteur au cours de l’année écoulée qui ont touché toutes les composantes du patrimoine culturel du pays, en plus de la ratification de nombreux accords internationaux.

Il a remercié les partenaires de la Mauritanie en particulier l’UNESCO pour le soutien apporté à Mauritanie dans ce domaine.

Pour sa part, la représentante du Bureau de l’Unesco au Maghreb, Mme Sana Al-Alam, a indiqué que les statistiques de l’Office des Nations Unies contre la drogue et la prévention du crime indiquent que le trafic illicite de biens culturels représente entre 3,4 et 6,3 milliards de dollars. chaque année dans le monde, ce qui constitue une menace réelle non seulement pour les biens culturels, mais pour la mémoire collective des générations futures.

Elle a expliqué que la question de la préservation de la culture et du patrimoine, en particulier le commerce illicite des biens culturels, est une question qui n’est pas du seul ressort du ministère de la Culture, mais affecte plutôt d’autres secteurs comme la justice, soulignant que le Bureau de l’Unesco pour le Maghreb restera à la disposition de la Mauritanie afin de continuer à mettre en œuvre les conventions internationales en la matière.

L’ouverture de l’atelier s’est déroulée en présence du ministre de la Justice, M. Mohamed Mahmoud Ould Cheikh Abdallahi Ould Boyé; du secrétaire général du ministère; du wali de Nouakchott-Ouest; du chef d’état major adjoint de la gendarmerie nationale; du commissaire surveillant à la direction générale de la sûreté nationale; du maire de la commune de Tevragh Zeina; du conservateur du patrimoine et d’un certain nombre de conseillers et de responsables du ministère.

AMI

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire