Mauritanie: Un coup d’Etat, pour quoi faire ? Par Pr ELY Mustapha

Mauritanie: Un coup d’Etat, pour quoi faire ? Par Pr ELY MustaphaPr ELY Mustapha – Il y a comme une frénésie sur certains réseaux sociaux, à faire un appel du pied pour un coup d’Etat en Mauritanie. Souvent directement, parfois sous des propos voilés, des blogueurs sur les réseaux sociaux et autres intervenants assidus et écoutés sur le net, considèrent qu’il faut une solution radicale pour changer le régime actuel.

Ils invoquent, pour cela, une situation intenable au pays et se basent de façon permanente sur les récriminations suivantes :

- Incapacité du Président de la République en place de changer la situation et de tenir les promesses qu’il a solennellement faites, et pour lesquelles il a été élu.

- La violence de l’Etat, à travers la force publique, envers tous les citoyens et toutes les catégories sociales revendiquant des droits constitutionnels et légitimes.

- La corruption qui gangrène le système politique et détruit toute perspective d’un développement viable.

- La nomination de délinquants notoires cités dans des affaires de corruption et qui continuent à gérer les affaires de l’Etat et ses entreprises publiques

- La situation de blocage face à tout changement du fait de la démission de partis politiques de l’opposition et de leur allégeance à l’Etat.

- L’omnipotence de ministres qui agissent pour la destruction de l’Etat et de ses institutions : gabegie, nominations parentèles, décisions aberrantes et manifestement illégales dans tous les domaines socio-économiques et qui échappent à tout contrôle.

- L’accroissement de la pauvreté et de l’indigence.

- La détérioration du système de santé national.

- La détérioration de l’Enseignement de l’Education

- Le favoritisme institué en gestion d’une administration publique, vorace, incompétente et devenue un service corporatiste et manipulé par le politique.

- Le tribalisme devenu un instrument, favorisé et instrumentalisé par l’Etat et ses structures de décision à l’échelle centrale et régionale.

- Une économie exsangue qui absorbe des milliards de dollars, en prêts, dons et subventions et qui reste monopolisée par des lobbies dans le giron du pouvoir et qui pompent ses moyens et ses ressources à travers les détournements, les marchés publics pipés, les octrois de passe-droits et de privilèges.

- Un secteur de l’Education inopérant et qui produit la médiocrité et le chômage, dont même les enseignants sont en deçà des niveaux de base pédagogiques requis. Et pourtant ce budget énorme, l’un des plus important du budget de l’Etat, ne sert que la gabegie, la mauvaise gestion et les investissements irréfléchis et improductifs.

- Un enseignement supérieur, pris en otage par un ministre décrié du régime passé et qui continue à perpétuer la mauvaise gestion et la mal gouvernance faisant de ce secteur clef du développement, l’un des plus médiocres d’Afrique.

- Un ministre de la Santé, incapable de mettre en place un système de santé digne de ce nom et qui voit tous les jours ses concitoyens mourir à cause de faux médicaments, que vendent en plein jour les pharmaciens, des médecins incompétents envoyer à la mort leurs patients et des chirurgiens qui sont un personnel médical de mise à mort. Une couverture sanitaire du territoire des plus décriée et des moyens hospitaliers dérisoires, alors que le budget de ce ministère, à la fois énorme est un gouffre financier.

- Un ministère de la Défense dont le budget est un monstre financier qui absorbe des milliards annuellement alors que les autres secteurs de l’économie sont en manque d’investissements et de moyens pour se développer (agriculture, élevage, recherche scientifique, technologie etc.)

- Une jeunesse désespérée, rejetée des universités, souffrant de chômage et de misère et passée à tabac par les forces publiques chaque fois qu’elle réclame ses droits.

- Une nomenklatura de commerçants, absorbant tout, de la monnaie à la marchandise en passant par le commerce de services. Servant et desservant un système bancaires monopolisé par des familles sinon, des anciens généraux et autres favoris de l’armée à la retraite qui raflent tout. Des entreprises de nettoyage à celles du gardiennage, en passant par celles des transports, de l’exportation et de l’importation. Une oligarchie mercantile adossée à un système bancaire qui la sert du privé au public (l’affaire récente de la BCM est encore vivace dans les esprits).

- Des industries qui exploitent des ressources naturelles faramineuses et dont le pays ne profite pas à cause des marchés à l’exportation opaques et dont les revenus sous mis en coupes-réglées dans une budgétisation publique tout orientée au bénéfice de financements publics (programmes, projets) dont les bénéficiaires souvent occultes sinon ceux de la parentèle, mettent le pays à genou.

- Le nouveau régime est en train de reconstituer la même toile de parentèle que le président précédent a constituée pour piller le pays, à travers frères, cousins et autres collatéralités familiales…

- En définitive, un pays pillé, asservi, appauvri, sous-éduqué, dont l’avenir confisqué par une « poignée d’individus » monopolisant le pouvoir.

Ce sont là en gros traits, les récriminations que la toile, blogueurs et critiques des réseaux sociaux, porte sur la gestion du pays et sa gouvernance. Récriminations par lesquelles ils affirment que le pays est arrivé à une impasse et que ni sa classe politique actuelle totalement corrompue et détruisant le pays, ni l’opposition qui s’est rangée, ni les citoyens battus, violentés par la force publique, les empêchant d’exiger un quelconque changement, ne sont capables d’initier une transformation quelconque du pays. Aussi seul le changement par un coup d’Etat pourra être envisagé.

Mais, un coup d’Etat, pour quoi faire ?

Il est vrai que ceux qui ont occupé le pouvoir en Mauritanie depuis 1978, sont tous arrivés par un coup d’Etat ou sur le « capot » d’un véhicule militaire. Toutefois, ceux qui réclament un « coup d’Etat », n’ignorent cependant pas que tous les malheurs du pays viennent justement des coups d’Etat successifs. Pourquoi alors réclamer un coup d’Etat ? La Mauritanie en a tellement expérimenté que réclamer un coup d’Etat relèverait d’une ignorance de ce qui en a résulté. Ce qui n’est point le cas de ceux qui le réclame.

Toutefois, si l’on peut comprendre le désespoir de ceux qui critiquent le régime mauritanien en ce que la situation est arrivée à un impasse, il reste cependant que les coups de force contre l’Etat et les institutions se doivent d’être exclus.

En effet, leurs résultats sont connus.

Du sempiternel « communiqué n°1 » déclamé par un bidasse à un micro perdu, jusqu’à la « période de transition » qui durera ce qu’elle durera pour que les putschistes assoient leur pouvoir et ce sera rebelote : une nouvelle ère qui copiera la précédente. Encore, un Taya, encore un Aziz et la corruption et la misère et les délateurs et les lèche-bottes et des UPR, autrement composés et des adeptes de la « rectification démocratique » et une nouvelle classe de pilleurs armes à la main s’installera….

Les coups d’Etat ne sont pas une solution, car rien ne garantit qu’il en sortira un héros, qui fera ce que les galonnés qui l’ont précédé n’ont pu faire. Peut-être même que l’instabilité s’installera et que le pays sombre dans la guerre civile et les dissensions puisque depuis que les militaires ont arrivés au pouvoir, il y a une véritable rage et une terrible frustration retenue dans la société mauritanienne, dans des franges de la population et dans des espaces géographiques négligés qui ne risquent de s’exprimer avec violence. Sans perdre de vue que la fameuse Association de tir à la cible, a abondamment armé des tribus entières, à travers les sessions d’armes à cette entité par le régime précédant.

D’autre part, par sa situation géographique, la Mauritanie est au milieu des tensions qui secouent la sous-région, un Etat stable civilement et militairement organisé est une nécessité absolue. Tout affaiblissement de l’Etat à l’interne, ses institutions, ou à l’externe, ses frontières, mène vers une vulnérabilité dont les conséquences peuvent être incalculables.

Aussi, la préservation de l’invulnérabilité de l’Etat, sa cohésion et sa stabilité institutionnelle sont des impératifs sur lequel personne ne doit, ni n’est autorisé, à transiger. Il y va de la vie de la nation.

Les coups d’Etat sont justement ces violences qui peuvent générer une violence en chaine qui risque, dans la situation actuelle de tensions internes et aux frontières, d’emporter un Etat qui n’existe que depuis une soixantaine d’années et qui doit préserver les acquis institutionnels de sa pérennité.

Aussi, le vouloir exprimer, expressément ou tacitement, la nécessité d’un coup d’Etat est irrecevable, et ne doit pas l’être.

Mais alors, diront ceux qui prônent le coup d’Etat, qu’elle est la solution face à toutes les récriminations exprimées sur le net et les réseaux sociaux ? Ce qui est certain, c’est que les autorités mauritaniennes ne sont pas insensibles au lever de bouclier sur le net et la pression des réseaux sociaux qui touchent des millions de mauritaniens fait partie de leurs sérieuses préoccupations.

Toutefois, il reste que les autorités mauritaniennes y perçoivent « une agressivité » et de ce fait ne les considèrent que comme une violence à leur égard à laquelle il faut répondre par la passivité, ou dans les cas du possible par la violence, notamment l’emprisonnement de blogueurs…

Les blogueurs des réseaux sociaux quant à eux, voient dans les autorités un ennemi à abattre sinon un système à déstabiliser ou à éradiquer coûte-que-coûte. C’est une relation à couteaux tirés.

En évacuant nécessairement, le recours au coup d’Etat, et en respectant l’invulnérabilité de l’Etat mauritanien quelle solution pourrait être envisagée pour contribuer à changer la situation en Mauritanie? En un mot quelle approche adoptée pour circonscrire toutes les récriminations citées plus haut ? Ce qui est certains, et en cela les blogueurs n’ont pas tort, c’est que la situation socio-économique et politique en Mauritanie est véritablement critique et que des mesures urgentes se doivent d’être prises avant que cela n’engendre des revendications sociales violentes et incontrôlables dont les conséquences sont imprévisibles sur le devenir du pays.

Cette situation critique ne saurait être désamorcée que si les autorités mauritaniennes prennent conscience que le mécontentement grandit tout autant que la misère et le désespoir des populations tant dans les grandes villes qu’à l’intérieur du pays. A cela s’ajoute la très mauvaise image du régime que circulent les médias sur sa violence (manifestants pacifiques violentés , blessés et séquestrés) populations tabassées et femmes battues…) , son favoritisme (nominations abusives, recrutement de parentèles du régime) , ses détournements (marchés publics de gré-à-gré, marchés publics pipés et surfacturés…), le népotisme de ses ministres (enseignement supérieur , Education, santé …) sur l’inefficacité et le statut de « boite à lettre » et faire-valoir du premier ministre, sur le transferts des ressources et d’entreprises aux généraux de l’armée et au budget incontrôlé de celle-ci etc….etc.…

Cette image que les réseaux sociaux véhiculent et que les blogueurs critiquent leur donne matière à s’en prendre aux autorités.

Toutefois, pour asseoir une critique qui porte et qui pourrait engendrer une positivité propice au changement, deux attitudes se doivent d’être évitée : l’appel au coup d’Etat et l’insulte caractérisée des autorités.

La première est une atteinte réelle à la stabilité de l’Etat, la seconde n’engendre que la rancune de ceux auxquels elle est adressée.

Evacuons donc ces deux éléments qui ne servent pas et ne serviront pas le pays pour les raisons évoquées et proposons des solutions viables pour la crise que traverse le pays.

Pour cela, énuméronsn d’abord, les aspects positifs que vit le pays :

- Un président, quoi qu’on en dise, est élu.

- Un parlement, quoi qu’on en dise, est élu.

- Une administration publique fonctionnelle.

- Des institutions publiques de souveraineté qui fonctionnent.

- Une économie animée par des acteurs économiques identifiables.

- Une économie monétaire ayant ses intermédiaires et son institution d’émission fonctionnels.

- Une industrie minière qui exporte et qui génère un revenu national.

- Une industrie halieutique qui exporte et participe à l’économie nationale.

- Des finances publiques qui sont encadrées et affectées au fonctionnement de l’Etat et de ses institutions

- Une université et des écoles qui forment des élèves et des étudiants.

- Une armée qui assure la sécurité des frontières.

- Une police qui remplit une mission de sécurité.

- Une diplomatie qui joue son rôle international.

- Un territoire immense et riche en minerais et minéraux non exploitées. – Des milliers de hauts cadres et de compétences partout dans le monde, au fait des besoins du pays et qui participent de loin ou de près à rehausser son image.

- Une prise de conscience très poussée de la jeunesse et des populations des problèmes de la Mauritanie (grâce aux réseaux sociaux notamment)

- Une « transparence » réelle de tous les actes des autorités du fait de la veille des citoyens sur les réseaux sociaux (pas un acte d’autorité publique bon ou mauvais ne peut plus être dissimulé…) et devront en rendre compte tôt ou tard.

Il convient donc d’agir dans le cadre de ces éléments positifs, tout en restant critiques mais bienveillants.

Voici quelques éléments d’approche :

- Une chaine de solidarité sur les réseaux sociaux poussant au changement et au développement du pays. Une chaine mettant à contribution les autorités à travers des propositions concrètes ciblées et interpellant les responsables.

- Un travail de terrain auprès des organisations internationales pour agir sur les aspects relevant de leurs domaines (droits de l’homme, genre, esclavage, torture, violences policières etc.)

- Un travail de terrain auprès des institutions internationales économiques et monétaires pour sensibiliser et les organisations non gouvernementale (pour la transparence dans la gestion publique et de lutte anticorruption) sur les errements de l’économie mauritanienne (marchés publics pipés, corruption, détournements, blanchiment d’argent etc…)

- Un travail de terrain et de lobbying d’information auprès des partenaires industriels de la Mauritanie, européens notamment, sur les détournements des ressources du pays par la classe politique mauritanienne.

- Un travail de terrain auprès des représentations diplomatiques à l’étranger pour exposer la situation politique en Mauritanie et ses répercussions sur le développement du pays.

- Rencontrer les élus politiques et parlementaires de pays octroyant l’aide publique à la Mauritanie et expliquer les aboutissants de cette aide.

- Enfin, sensibiliser les médias internationaux sur les problèmes que rencontrent la Mauritanie afin qu’ils puissent être connus à vaste échelle.

En effet, l’on sait depuis quelques années, face à l’assagissement des peuples et l’hégémonie des gouvernants que le facteur le plus important du changement provient davantage de la pression internationale (ONG, Etats, OI, Institutions financières etc.) que de la pression interne que les gouvernants étouffent ou ignorent.

Tous ces actes non violents doivent participer à la pression sur les autorités mauritaniennes pour prendre les mesures nécessaires aux changements revendiqués à travers les réseaux sociaux.

Toutefois, la préservation du cadre légal et constitutionnel du pouvoir en Mauritanie, ne doit nullement être remis en cause par un quelconque coup de force pour les raisons invoquées plus haut.

En conclusion, il est certain que les autorités mauritaniennes ne sont pas dupes et savent très bien que le temps pour entreprendre le changement leur est compté pour les raisons suivantes :

- La situation socio-économique des populations est extrêment critique (et que la distribution épisodique de monnaie à quelques familles est un leurre. ).

- Une pression sensible anime déjà les couches sociales pour demander le changement.

- L’image de l’Etat et de ses institutions s’est détériorée et que leur respect n’est plus apparent, ni évident.

- La classe politique mauritanienne du fait de sa corruption, de son clientélisme et sa traîtrise, de régime en régime, est honnie de tous.

- Que le peuple n’attend rien d’une opposition du ventre, et que cette dernière ne refrénera plus ses revendications qui risquent de s’exprimer violemment.

- Que la Jeunesse est très bien informée sur les dérives de la gestion de l’Etat jusqu’au moindre détails et qu’elle ne croit plus ni en ses promesses ni en son propre devenir.

- Que les milliards reçus par l’Etat ces dernières années n’ont pas servi le développement ni résorbé la misère, la maladie et le dénuement des populations.

- Que des potentats militaires tiennent le pays en laisse, assis sur les ressources de la nation.

- Qu’une oligarchie de commerçants, sans foi ni loi, gère tout un pan de l’économie du pays.

- Que le pays profond souffre de misère jusque dans l’inexistence d’eau potable…

- Que le népotisme et le favoritisme sont les principes de gestion l’administration publique, entraînant une scission dans les tribus, les ethnies et qui ne dit pas son nom…

Il reste cependant qu’aujourd’hui la Mauritanie a un Président élu, conscient de ses promesses. Sa lente gestion des choses emporte toutes les critiques, mais il faudrait mieux chercher la solution de ce côté-là. Depuis une année et poussières de mois, qu’il est au palais ocre, il doit probablement livrer lui-même bataille contre la classe politique véreuse qui l’entoure…les prochains mois nous le diront. Mais la pression populaire, elle, ira-t-elle à son rythme ? C’est en cela que la pression des réseaux sociaux sera le baromètre du changement…

Pr ELY Mustapha

via cridem

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire