Au plus vite , créer au PK 55 -de Nouadhibou un pole touristico-commercial à l’image de Bir-Guendouz-Guerguerat

Nouadhibou: saisie de 1,4 million de dollars à bord d'un navire et  arrestation deA peine deux mois, après la mise sous influence militaire marocaine, de la zone (tampon auparavant) de Guerguerat, à la frontière nord avec la Mauritanie, les autorités du royaume voisin  lancent un projet gigantesque de valorisation de la dite zone , pendant que coté mauritanien, le poste de contrôle du PK 55 relevant de Nouadhibou ,ne dispose même pas de ligne internet, ni d’infrastructures d’accueil pour les centaines de visiteurs, qui transitent au quotidien, par ce passage stratégique.

 

Hier, le président de la chambre de commerce et d’industrie française au Maroc et le président du conseil régional  de Dakhla ont annoncé le lancement d’un énorme projet  «  qui comprend la mise en place de zones de distribution et d’échanges à Bir Guendouz – Guerguerat (passage frontalier avec la Mauritanie) pour accueillir les petites et moyennes entreprises dans toutes les parties de la chaîne de valeur (transporteurs, magasiniers, douaniers …), en plus de divers services (restaurants, banques, pharmacies, magasins, des établissement permettant de créer des contrats et d’obtenir des permis de construire).

Ce projet – selon les responsables – fera de la région précitée, un pôle stratégique entre le Maroc et la Mauritanie, s’étendant jusqu’aux profondeurs de l’Afrique. »

De leur  coté , les autorités  mauritaniennes  persistent à feindre  la précipitation des événements qui se déroulent , à la frontière nord et qui modifieraient -sans nul doute- considérablement les données de la situation géo-régionale actuelle.

Face à ce qui se trame , ces autorités nationales gagneraient à réagir très rapidement pour :

D’une part, asseoir leur autorité pleine et entière sur tout le territoire, en évitant -comme c’est le cas au PK 55 à Nouadhibou et bac de  Rosso – de laisser continuer le flot de fuites de toutes sortes, en confiant ces points stratégiques à quelques agents subalternes de police et de douane.

Et  d’autre part, profiter de la nouvelle situation, pour faire de la ville de Nouadhibou , une métropole de toute la zone nord et la véritable « capitale économique »du pays , où les investisseurs étrangers et nationaux s’émuleraient, les projets promotionnels de développement. Et où les touristes et visiteurs  méditerranéens et européens, descendant vers l’Afrique subsaharienne , trouveraient dans la ville portuaire ,séjour détendant et réconfortant, tout  en mettant fin, au  simple fait que Nouadhibou et Rosso ne soient que les bouts nord et sud d’un tunnel. de négligence.

Pour ce faire et en attendant l’élaboration souhaitée, de tout cœur par les citoyens mauritaniens,  d’un projet similaire à celui de Bir Guendouz-Guerguerat, les gouvernants rimiens pourraient , sans grand investissement,  transformer le  poste frontière PK 55 , en un pole touristico- commercial ,où seraient montés ,très rapidement quelques chopes de commerces, restaurants,  une représentation de l’Office National du Tourisme (ONT) , des  agences de voyage, des offices  de change et bien sur , un système de communication performant relié au réseau national .

Le premier ministre, la ministre du commerce de l’industrie et du tourisme, les autorités civiles et militaires de la wilaya, le député maire de Nouadhibou, le président de la zone franche, les hommes d’affaires locaux se partagent la responsabilité-devant les générations présentes et futures-consistant à laisser  la wilaya de Dakhlet Nouadhibou, oh! combien stratégique et vulnérable , péricliter, face à la dynamique et vigoureuse lancée économico-touristique  d’un Maroc voisin ambitieux, gourmand et entrepreneur.

 

Ely Salem Khayar

adrar info

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire