Hommage au Dernier des Grands Combattants..

Un monument du paysage politique national qui nous quitte
Dans un ultime hommage intitulé  » souvenirs de  Moustapha ould Bedrdine, le regretté Mohamed yehdih  ould Breideleil   raconte l’histoire fascinante d’un grand combat qui remonte à l’aube des indépendances.

Ce combat dont il a été le témoin précoce fut  , dans ,son essence,  nationaliste arabe ou africain,  avant d’être national  voire international pour certains courants de pensée.

A vrai dire, on oublie souvent ou on feint d’oublier, sans doute à cause de la douloureuse déchirure qui a séparé une certaine élite mauritanienne que l’insurrection qui  avait  , permis  en  termes  d’idées ,  d’accélérer la décolonisation était   , au total , une aspiration à la résurrection des identités culturelles meurtries.

C’est, en tout cas    dans ce sens que s’inscrivit la littérature abondante  de l’éminent écrivain qui nous a habitués par une  dense production intellectuelle , à éclairer les divers horizons avec les lanternes de sa riche expérience et de sa profonde connaissance d’un  passé  bien  compliqué .

Au niveau du style, ne  dit  on  pas  que  l’homme c’est le style ?   , Mohamed Yehdih avait cette belle  manière de faire promener , par son génie dialectique, les esprits cultivés,  dans un magnifique jardin  d’idées  généreuses qui donnent envie de chanter , en chœur, le temps des cerises.

Au  fond  ,  la  littérature  abondante et  instructive  de  l’intellectuel  engagé  qu’il  fut  aura  été  l’une  des  principales ,  si  ce  n’est  pas  la  principale ,  approche  visant  à  unifier   ce  qu’il  est  convenu d’appeler     ,  dans  le  jargon  approximatif  des  politiciens ,  ‘’  les  mouvements  idéologiques ‘’ .

Qui  d’entre  les  anciens  ou  nouveaux  adeptes  de  l’arabité   ou  de  la  négritude   ,  de  l’islamisme ,   du gauchisme  marxisant  ou  du  libéralisme  à  visage  social    , n’a pas  lu ,  quelque  part  ,  entre   les  lignes  du  Maitre  ,  une  pensée  attribuée  à  l’une  des  ses  idoles ?

En  réalité ,  le    Maitre  ou ‘’  Al  ustadh ‘’    a  toujours   fait  usage ,  dans  ses  beaux  articles ,  de  ce   don  magique  qui  lui  est  propre  ,     pour   faire  défiler ,  par  une  rhétorique  de  la  Tolérance ,  les  figures  de  Nasser,  Michel  Aflaq ,  Georges  Habache ,  Nkruma ,  Lumumba  ,  Mohamed  Abdou ,  Mao  Tse  Toung   pour  les  intégrer dans  une  idéologie  nationale  alliant  l’éloge  du   Jihad  de  Cheikk  Ma Al ainine à  celui de la  sagesse  de  l’Ijtiihad  de  Baba  ould Cheikh  Sidiya  et  de   l’endurance de Al hadj Omar Tall .
Il y’avait dans sa pensée écrite, donc ayant  une force probante , cette obsession  de synthétiser la diversité culturelle de notre pays  et dans ce sens il était, à l’aise  en parlant de l’intérêt de notre peuple, toutes composantes confondues .  L’action politique était pour lui , à travers ses écrits, un enjeu national.

C’est ,  seulement ,  aujourd’hui ,  après  sa  disparition  que   les   esprits  bien pensant   pourraient  comprendre  ce  qu’il   avait  écrit   pour    enseigner   ,  par la  haute  culture ,  que  la  confrontation    de  leurs   idées  constitue ,  au  final ,  la  meilleure  façon  de  vivre  ensemble  et  que  la  contradiction  principale ,  comme  dirait  Mao ,  est  celle  qui  les  oppose  à  ceux  qui  n’ont  pas  d’idées .

Sur le terrain ou  disons le ,  du point de vue de la praxis , Mohamed Yehdih fut le «   leader idéologique  » qui a été le plus embastillé.
C’est, d’ailleurs, pourquoi ses avocats n’ont pas eu du mal à décrire, avec précision, les sacrifices qu’il avait consentis,  pour faire avancer l’idée même   de la  liberté   dans notre pays .
Aussi ,  l’hommage unanime qui lui a été consacré par ceux qui produisent les idées et en font leur vocation naturelle n’est guère surprenant . Il conviendrait, néanmoins , de noter celui des figures devenues classiques de la contestation radicale  , avec une mention spéciale de la grandeur distinguée dont Monsieur Thiam Samba  a fait preuve.
Il m’arrive    ,  souvent  ,   de me demander comment j’ai pu échapper  , dans ma jeunesse   à l’embrigadement  de la chapelle idéologique du leader historique du  baath .   Je me souviens , en effet    avoir lu «    l’opinion de baghdad   » avant  «   le cri de l’opprimé ‘ .  En outre, une intime relation de type quasi parental  me lie  avec  la famille Breideleil     .
Mais  je me suis , assez tôt, abonné à une chapelle concurrente à la sienne .  Pourtant cette concurrence  , parfois déloyale , n’excluait pas des combats communs comme ceux que nous avons engagé  , ensemble contre l’esclavage où dans le cadre du mouvement national du volontariat quand il était question que les baathistes, les Nasseristes et les kadihines MND , s’unissent  dans un  front patriotique.
Je faisais , alors,  partie des jeunes qui avaient au tout début des années 80   , la pelle à la main , répondu a l’appel des   » forces progressistes «   en vue d’aider les masses affamées des bidonvilles.
Une décennie plus  tard , après  avoir pris mes distances avec le militantisme «   idéologique   crypto maoïste  » ,  je me suis  retrouvé , au sein de la nébuleuse qui devait, plus tard engendrer le PRDS  ,dans le  même camps politique que celui du  leader historique du baath .
En effet , au lendemain du déclenchement du processus démocratique en 1991 , je me suis   engagé   dans le groupe  » Ribat  » animé par l’ex  baathiste  tendance trotskiste  chbih cheik Ma al ainin  lequel entendait  , alors, apporter un soutien critique au régime militaire en place et qui a   récemment, rejoint   » la coalition vivre ensemble «   de Kane hamidou Baba .
C’est dire que l’engagement politique n’est , jamais  fondé sur  une science exacte  et que de nombreux  combattants  issus des différentes confréries idéologiques  se sont séparés sur le chemin du pouvoir de l’imagination  lequel  passe, forcément, par le débat d’idées.
C’est , précisément, sur ce terrain que nous avons  appris à découvrir, les grands combattants   dont le dernier vient de disparaître. ..

Abdel kader ould Mohamed

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10158872105434477&id=625724476

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire