Rappel historique : l’hymne de la jeunesse : AJM-NAHDA, chanté pour la derniére fois en 1961 (enregistrement)

Alakhbar | Mauritanie:Plusieurs milliers de jeunes réclament la chute du  régimeDepuis l’instauration de la IVe République française en 1946, la Mauritanie, qui était jusque-là associée au Sénégal, peut élire ses propres représentants à l’Assemblée nationale.

Ainsi naquirent subitement, plusieurs mouvements et partis politiques dont les plus importants se classent suivant deux visions totalement opposées, quant aux relations  relations entre le colonisateur et le colonisé : D’une part, des patriotes luttant pour la libération et l’indépendance totale du pays  et d’autre part , des collaborateurs du colonisateur  qu’il a, lui colonisateur, préparés pour leur déléguer le pouvoir de son ancienne colonie.

Ces deux camps sont schématiquement représentés, par l’Association de la jeunesse mauritanienne (A.J.M.),créée en 1955 qui a enfanté la terrible renaissance ou NAHDA et l’Union progressiste mauritanienne (U.P.M.),créé en 1948, parti proche de l’administration coloniale.

Dans leur fervente lutte indépendantiste, les militants de l’Association de la Jeunesse mauritanienne (AJM) puis de la NAHDA, ont composé un hymne envouteur et motivant  pour galvaniser à leur cause, les citoyens mauritaniens.

Cet hymne est écrit,dit-on, par  Cheikh Malainine Ould Cheikh Malainine  secrétaire administratif de l’AJM qui fut parmi  les « Cinq de Tichit »que sont :

Ahmed Baba Miské (Secrétaire Général de l’AJM devenu Secrétaire Général de la NAHDA), Yahya ould Menkous (Secrétaire Général adjoint de l’AJM devenu de fait Secrétaire Général adjoint de la NAHDA), Haiba ould Hamody (Trésorier Général), Bamba ould Yesid (Secétaire à l’organisation) ,Cheikh Malainine ould Cheikh Malainine (Secrétaire Administratif), déportés et emprisonné six mois , dans la ville historique, à la suite d’une campagne municipale extrêmement dure, conclue par un hold up électoral qui a failli se terminer par une émeute à Atar,en août 1960.

L’hymne de l’AJM-Nahda est  chanté par une troupe de jeunes militants engagés, que dirige l’intrépide et inégalé Jeich (Laamé) Ould Sedoum Ould Abba.

Cet hymne fut scandé officiellement  , pour la dernière fois à Nouakchott, le 23 septembre 1961 ,lors du cinquième et dernier congrès de l’Association des jeunes mauritaniens (AJM-NAHDA).

Reportage de Radio-Mauritanie : Image de prévisualisation YouTube

Remarque : Le président fondateur  de la Nahda est Bouyagui Ould Abidine l’un des premiers fonctionnaires des postes et télécommunications qui  était un « rescapé » des luttes hormistes (élection Horma Ould Babana député mauritanien en 1956) de la décennie précédente. Militant pur et dur de cette cause , il a tenu tête des années durant, à une Administration coloniale toute puissante dans sa région du Hodh considérée comme une réserve de voix  dociles où elle faisait élire qui elle voulait, à travers les chefs traditionnels. Bouyagui prétendait faire plier Goliath et réveiller un peuple essentiellement Bédouin (et pas seulement au Hodh) dixit son compagnon  Ahmed Baba Miské.

Exaspérée, l’Administration finit par lâcher la bride à ses nervis contre lui et ses amis,  au cours des toutes dernières élections auxquelles participait Horma, en 1956.Ce fut un massacre. Bouyagui fut battu presque à mort et en garda pour la vie des séquelles et une santé fragile. Pour achever de se débarrasser de lui, l’Administration coloniale le muta hors de son pays,à Bamako au Mali.

 

Ely Salem Khayar

Rédaction adrar info

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire