Adieu au Général Soultane, Bienvenue au Général Abdallahi !

La cour d’honneur de l’Etat-major de la Gendarmerie Nationale s’est drapée dans ses habits de lumière pour vivre ce samedi 2 Janvier 2021 un moment marquant de l’histoire de cette arme. Il s’agit de l’intronisation officielle du général de brigade Abdallahi Ould Ahmed Aicha en qualité de chef d’état-major de la Gendarmerie Nationale et les adieux aux armes et aux gendarmes du général de division Soultane Ould Mohamed Souad qui, au terme d’une carrière exceptionnelle, vient d’être admis a faire valoir ses droits à la retraite.

Le président de la République, Son Excellence Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, chef suprême des forces armées a choisi un militaire issu de la gendarmerie pour la diriger. Le choix heureux de cet officier général remarquable s’inscrit dans la logique et la continuité d’un parcours professionnel exemplaire. Le général de brigade Abdallahi Ould Ahmed Aicha connait parfaitement le corps de la gendarmerie qu’il a supervisé pendant des années sous l’autorité de celui qu’il remplace. Il présente par ailleurs  toutes les aptitudes et qualités d’un chef d’Etat-major.  Ses multiples formations en témoignent amplement.

Renouer avec les traditions militaires

Le cérémonial qui marque la passation de flambeau entre deux chefs militaires n’a pas toujours été respecté dans notre pays. Le retour aux pures traditions militaires est donc à saluer en souhaitant qu’il se perpétue.

Une cérémonie haute en couleurs

C’est à onze heures sonnantes, l’heure prévue que Monsieur Hanena Ould Sidi, ministre de la Défense Nationale est arrivé devant l’impressionnante place d’armes de la Gendarmerie Nationale. Il a été accueilli par le général de division Soultane  et les timbres de la fanfare militaire. Accompagné du chef d’état-major sortant, le ministre de la défense Nationale a passé les détachements des deux subdivisions d’armes en revue et salué les officiers sans troupe, avant que l’on ne procède à la levée des couleurs aux sons de l’hymne national. Ce rituel terminé, ils ont rejoint la tribune officielle où avaient pris place les ministres de l’intérieur et de la justice ainsi que le général de division, chef d’état-major général des armées, le général de division, chef d’état-major de la garde Nationale, le général de division, directeur général de la sureté nationale, le général de brigade, secrétaire général du ministère de l’intérieur, ainsi le procureur général, le procureur de la République, le wali de Nouakchott, le hakem du Ksar, la présidente du conseil régional de Nouakchott, le maire et de nombreuses autorités civiles, militaires, coutumières et de la société civile.

Conformément à l’agencement de la cérémonie, le général de division Soultane Ould Mohamed Souad a pris la parole après la lecture d’un verset de coran.

LE DISCOURS DU GENERAL SOULTANE, L’EMOTION AU RENDEZ-VOUS

Le discours du général Soultane, l’émotion au rendez-vous

Après lecture d’un verset du Coran, le Général de division Soultane Ould Mohamed Souad a fait une brillante allocution où d’une voix forte mais émue, il a remercié les personnalités présentes avant de revenir sur sa carrière et les multiples enseignements qu’il en a tirés.

Des remerciements et des conseils

Parlant aux militaires de l’arme, il les a remerciés pour le concours franc qu’ils lui ont toujours apporté au cours de sa vie professionnelle. Des remerciements plus appuyés ont été adressés à ses proches collaborateurs. A tous, il dira : « Vous continuez à servir avec discipline et dévouement et à remplir vos missions dans le respect des valeurs et traditions de la Gendarmerie Nationale ».

S’adressant à son adjoint et successeur, il dira : « La tâche qui vous attend est rude ; elle est très délicate mais connaissant vos capacités, je suis persuadé que vous saurez surmonter tous les défis. Je vous rappelle tout de même qu’il faut davantage pour diriger que la force, il faut aussi de la vision et de l’intégrité ».

Après ce discours entrecoupé de nombreux applaudissements où l’émotion était palpable, la parole est revenue au ministre de la Défense Nationale.

Le ministre dresse des couronnes au général Soultane

Lors de son discours, Monsieur Hanena Ould Sidi, ministre de la Défense Nationale a d’emblée précisé que la présence de trois ministres à cette cérémonie est la preuve de l’intérêt que le président de la République et le gouvernement accordent aux forces armées et de sécurité. Dans une envolée lyrique, il a tressé des lauriers pour le général de division Soultane Ould Mohamed Souad, retraçant son parcours exceptionnel et vantant ses mérites. Il a notamment souligné qu’au cours des années qu’il avait passées à la tête de la Gendarmerie Nationale, il avait donné la pleine mesure de ses qualités de chef. Confronté à de nombreux défis dont les moindres sont le terrorisme et la covid 19, il a agi avec méthode, détermination et discernement. Sous son impulsion, la Gendarmerie Nationale a, une fois de plus, fait preuve de sa grande capacité d’adaptation mais également de sa cohésion et de sa solidarité sans faille. En soutenant leurs compatriotes, les gendarmes ont également appuyé la résilience de l’Etat à travers leurs multiples missions.

Et enfin la phrase rituelle

C’est à la fin de son discours que le ministre de la défense a prononcé la phrase rituelle : Officiers, sous officiers, gendarmes. De la part du président de la République, vous reconnaitrez pour votre chef, le général de brigade Abdallahi Ould Ahmed Aicha ici présent. Vous lui obéirez en tout ce qu’il vous ordonnera pour le maintien de l’ordre, l’exécution de la loi et le bien du service.

Les témoignages du général N’Diaga Dieng

L’emblématique patron de la Gendarmerie Nationale, le général N’Diaga Dieng, prédécesseur du général Soultane, qui avait été aussi son adjoint a évoqué les qualités humaines et professionnelles de ce grand homme et grand officier général. Il a fait de lui un portrait élogieux, vantant son sens du commandement et de la mesure. Il a par ailleurs souligné que cette cérémonie d’une portée hautement symbolique gagnerait à être institutionnalisée comme le prévoient les règlements militaires.

Parlant du Général Abdallahi Ould Ahmed Aicha,  le général N’Diaga Dieng dira en substance : «  j’ai eu la chance de former le général Abdallahi alors tout jeune officier. Il arrive que l’élève dépasse le maitre et c’est ce qui est arrivé car il m’a dépassé. » Il ajoutera qu’il n’a aucun doute sur sa réussite dans sa nouvelle mission. Il s’est par ailleurs longuement étendu sur les valeurs morales qui font la fierté et la force de la Gendarmerie Nationale. Dans son allocution sur les grandeurs et servitudes des militaires, il a tenu à souligner que le commandement est affaire de raison et de cœur. Citant le colonel de Torquat, il précisera : «  le chef militaire est d’abord un homme de cœur. Commander, c’est réaliser un miracle d’équilibre entre la bonté et la fermeté ».

Un sous-officier témoigne

Pour clore ce chapitre, un jeune sous-officier est venu apporter un témoignage de la manière dont le commandement de cet officier hors du commun était perçu par la troupe. Il dira qu’il était ferme sur l’exécution des ordres mais également sociable, humble, courtois et humain. Il savait créer un esprit d’équipe et unir les hommes dans la discipline et la fraternité d’arme. Il a toujours su les encadrer, les orienter, les éduquer et les guider dans l’exécution de leurs missions. En un mot il a été l’exemple type du chef militaire. Il le remerciera donc pour tout ce qu’il a fait au profit des personnels et de l’institution.

La Gendarmerie reconnaissante

La Gendarmerie Nationale est reconnaissante au général Soultane Ould Mohamed Souad pour les services imminents qu’il a rendus au pays et à l’institution qu’il a dirigée avec discernement, courage et détermination pendant sept années dans une période caractérisée  par un contexte sécuritaire exceptionnel consécutif à l’éruption d’un terrorisme endogène dans la sous-région mais aussi les catastrophes et la terrible pandémie de la covid 19. Il a su relever l’ensemble de ces défis avec professionnalisme et sens du devoir. Cela n’a d’ailleurs rien d’étonnant pour un officier qu’un ancien chef de corps qualifiait d’un des meilleurs de sa génération.

Les engagements du général Abdallahi

Avant même de tracer les caps en déclinant sa feuille de route, le nouveau chef d’Etat-major s’est engagé à assumer avec loyauté, dévouement et abnégation l’exaltante mission que son excellence le président de la République vient de lui confier. Rendant hommage au travail réalisé par ses prédécesseurs qui ont œuvré sans relâche pour une montée en puissance de la gendarmerie. Je veux, a-t-il dit, donner à notre arme les moyens de ses missions mais je ne pourrai réaliser cet objectif qu’avec vous. Poursuivez donc vos efforts afin de rester toujours performants sur les chemins de l’excellence opérationnelle. Vous avez mon soutien et toute ma confiance. Je sais pouvoir compter sur vous.

Repas d’adieu

A l’issue de cette journée mémorable, les invités ont partagé avec les chefs d’états-majors le repas d’adieu. Comme en pareilles circonstances, on ne mégote pas sur l’intendance, les mets étaient délicieux et abondants dans une atmosphère conviviale et sereine.

                                                                            Capitaine (ER) Leytou Ould Said, Ecrivain journaliste    

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire