Les créanciers de Cheikh Al Ridha plus jamais déterminés à se faire entendre par les autorités nationales (vidéo et photos)

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes qui dansent, personnes debout et plein air, texte qui dit ’itel SHOT ON A33’Depuis la semaine dernière, les créanciers et surtout créancières de Cheikh Al-Ridha, se rassemblent chaque jour et parfois de nuit, devant le palais présidentiel pour réclamer la restitution de leurs biens achetés, depuis plusieurs années par Cheikh Ridha et jamais payés.

La présidente du bureau des créanciers de Cheikh Al Ridha, dit que les créanciers interpellent pour la Niéme fois, le gouvernement et le président de la république à prêter oreille attentive  à leurs réclamations.

Elle  ajoute  que les créanciers ,sont décidés à continuer leurs manifestations pacifiques tant que leur problème ne trouve une solution définitive .

Image de prévisualisation YouTube

Elles informent les autorités publiques que les créanciers et créancières ne voudraient  que  la restitution de  leurs biens,à défaut d’obtenir le payement de leurs prix de vente et surtout leurs logements vendus , pour qu’elles y habitent ,car la plupart d’entre eux et elles , sont contraint(e)s à louer un habitat pour abriter leurs enfants .

Image de prévisualisation YouTube

Il importe de rappeler  que Les créancières ont exprimé, en juillet dernier,  leur rejet de la décision annoncée  par le  Tribunal du Commerce de Nouakchott d’ouvrir une procédure de liquidation judiciaire contre le bureau commercial de Cheikh Ridha Mohamed Naji Saa-idi. Elles disent que ce tribunal n’est pas habilité à traiter leur dossier , car aucune institution n’est enregistrée légalement au nom de Cheikh Ridha, prés des institutions juridiques.

 L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes qui dansent, personnes debout, personnes qui marchent, personnes sur scène et plein air

L’avocate de certaines  créancières ,Maitre Fatima M’Baye, a interjeté un appel suite à la décision du tribunal de commerce, pour les raisons suivantes:

Premièrement, le tribunal n’a pas entendu tous les agents exécutants de Cheikh Ali Ridha qui ont signé les contrats de dettes.

Deuxièmement, aucune institution n’est enregistrée légalement au nom de Cheikh Ridha ou ses partenaires. Chose qui prouve que le Tribunal de commerce n’est pas compétent pour traiter l’affaire.

Troisièmement, dans sa décision, le tribunal n’a pas qualifié Cheikh Ali Ridha comme étant un commerçant.

Adrar info

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire