Communication : Dernière ligne droite pour la Commission Wedady

Communication : Dernière ligne droite pour la Commission WedadyEly Abdellah – La commission Wedady, qui planche sur une proposition de réforme du secteur de la communication, devra rendre sa copie le 30 décembre, c’est à dire dans une dizaine de jours.

Cette commission, où n’a siégé aucun diplômé des facultés et écoles de journalisme, compte tout naturellement des cadres expérimentés qui ont longtemps (ou il y a de cela longtemps) travaillé dans le secteur et qui doivent avoir une bonne connaissance de ses réalités, des préoccupations de ses professionnels, des contraintes qui se dressent en obstacles majeurs sur la voie de la promotion du secteur et de ce qu’il faut bien faire pour “nettoyer” la profession.

A ce que j’ai appris, cette commission s’est entretenue avec certains journalistes ( qu’elle a choisis, elle-même suivant des critères que, elle seule connaît) avec des corporations et avec responsables politiques arborant d’autres casquettes, ce qui, normalement, doit lui avoir permis de faire un diagnostic complet du secteur.

Maintenant, cette commission entame la dernière ligne droite de sa mission. Nous attendons voir les propositions qu’elle fera pour favoriser l’émergence d’un secteur où se développera une rupture définitive avec l’anarchie, un secteur où n’évoluent et ne peuvent évoluer que les journalistes. En tout cas, à mon humble avis, c’est sur ça, avant tout, que cette commission est attendue. C’est cela, je crois, le volet essentiel de sa mission.

Autrement dit, nous professionnels de ce secteur, attendons de cette commission qu’elle fasse des propositions qui garantissent que plus d’étranger au journalisme ne puisse exercer dans notre secteur. Si cette commission développe des propositions pertinentes censées débarrasser le secteur de tous ces parasites qui l’ont altéré et décrédibilisé, elle aura accompli comme il se doit une bonne part de sa mission.

En fait, aujourd’hui, les journalistes professionnels sont eux-mêmes qui sont quasiment étrangers dans le secteur. Alors que ce sont eux qui sont censés connaître le secteur et ce dont eux qui y sont attachés pour la vie et ne peuvent négliger son épanouissement et sa promotion.

Je crois que le président de la République actuel a montré de bonnes prédispositions allant dans le sens du redressement du secteur et que nous devons saisir cette opportunité pour sauver les meubles. La Commission Wedady qssume en cela une grande responsabilité. On verra dans les prochains jours comment elle s’en sortira.

Ely Abdellah

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire