Doyen du chemin de fer .. L’histoire d’un agent Miferma /Snim autodidacte,qui coure toujours derriere ses droits à la retraite (vidéo)

Depuis trente-cinq ans, l’ancien agent de Miferma / Snim Mohamed Abderrahmane Ould Abeih cherche un règlement qui rétablirait ses droits à la retraite, après avoir été muté en 1985 à la Safa ,d’une manière qu’il juge illégale .

Ould Abeih est l’un des premiers travailleurs mauritaniens de la société Miferma. Il a été intégré en 1961, dans l’entreprise Miferma,  en tant qu’ouvrier manuel dans le projet de construction du chemin de fer.

Il a été décoré de l’Ordre de Chevalier dans le système national du mérite, sous le règne de l’ancien président, Mokhtar Ould Daddah, en reconnaissance  de son travail au chemin de fer.

Il a gravi les toutes les catégories  professionnelles  jusqu’à sa nomination cadre 1(C1) 6éme échelon.

Au cours de son travail dans les deux sociétés Miferma et Snim, Ould Abeih a été appelé  à exécuter de nombreuses tâches spéciales et sensibles, notamment son intégration comme  membre d’ une mission envoyée par la présidence de la république, pour mener une enquête sur Miferma, quatre jours avant sa nationalisation.

Ould Abeih  a également été choisi pour assurer, pendant la guerre du Sahara, la  tâche de coordination entre l’armée et la société SNIM .

Dans une interview accordée à Al-Akhbar, Ould Abeih raconte l’histoire de sa mutation  de son poste à la Snim, vers la société  SAFA, pendant la période de l’ancien directeur Mohamed Salek Ould Heyine.

Il explique que l’entreprise SNIM a ignoré ses lettres et propositions pour régler ses droits à la retraite.

Il ajoute qu’il a évité d’entraîner la société Snim devant les tribunaux, parce qu’il est actionnaire de cette société  – quelques petites actions-  et qu’il assiste chaque année à son assemblée générale.

Image de prévisualisation YouTube

Source : https://alakhbar.info/?q=node/29775

Traduit par adrar infp

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire