Covid-19 : signature de l’accord Mauritanie-France de suspension du service de la dette– 11 décembre 2020

Covid-19 : signature de l’accord Mauritanie-France de suspension du service de la dette– 11 décembre 2020Ambassade de France – Son Excellence M. Mohamed Lemine OULD DHEHBY ministre des Finances de la République islamique de Mauritanie et M. Robert MOULIE, ambassadeur de la République française en Mauritanie ont signé ce jour l’accord bilatéral par lequel la France accorde à la Mauritanie une suspension temporaire du service de sa dette (environ 5 M€), entre le 1er mai et le 31 décembre 2020.

Cet accord bilatéral est l’application franco-mauritanienne du protocole d’accord du Club de Paris en date du 2 juin 2020.

A la suite de la crise sanitaire et de l’effondrement de l’économie mondiale, le Club de Paris et le G20 ont agréé, le 15 avril 2020, une suspension temporaire, entre le 1er mai et le 31 décembre 2020, du service de la dette pour les pays les plus vulnérables, à savoir les pays éligibles aux financements concessionnels du groupe Banque mondiale ou faisant partie de la liste des pays les moins avancés des Nations unies.

L’initiative sur la suspension du service de la dette (ISSD) du G20 et du Club de Paris constitue une opportunité pour de nombreux pays en développement de réorienter leurs dépenses publiques vers la lutte contre la Covid-19 et ses conséquences.

Le 2 juin dernier, le Club de Paris a reconnu la Mauritanie comme pays éligible à l’initiative avec la signature d’un protocole d’accord. Par conséquent, les représentants des pays créanciers du Club de Paris ont accepté d’accorder à la Mauritanie une suspension du service de la dette pour une durée déterminée, du 1er mai au 31 décembre 2020. Le gouvernement de la Mauritanie s’est engagé à consacrer les ressources ainsi libérées à l’augmentation des dépenses permettant d’atténuer l’impact sanitaire, économique et social de la crise COVID-19. Le gouvernement mauritanien s’est également engagé à demander à tous ses autres créanciers officiels bilatéraux un traitement du service de la dette conforme aux principes agréés par les créanciers.

La signature de cet accord bilatéral aujourd’hui permet à la Mauritanie de bénéficier de la mise en œuvre effective, pour la partie française à hauteur d’environ 5 millions d’Euros, du protocole d’accord du Club de Paris du 2 juin 2020. Cela permettra à l’Etat mauritanien de dégager des marges budgétaires pour répondre plus facilement à l’urgence économique et sanitaire.

Les membres du Club de Paris participant à la réorganisation de la dette de la Mauritanie sont les gouvernements du Brésil, de l’Espagne et de la France pour un montant estimé à 13 M USD.

Au 7 décembre 2020, 38 pays éligibles ont officiellement demandé au Club de Paris de bénéficier de l’ISSD. Parmi ces demandes, 36 pays ont déjà signé un protocole d’accord. Pour ces 36 pays, le montant total différé convenu par les créanciers du Club de Paris grâce à l’ISSD – incluant également le report d’arriérés préexistants à la mise en œuvre de l’ISSD – atteint 2,5 Mds USD.

Le G20 et le Club de Paris ont annoncé le 14 octobre l’extension de l’ISSD pour 6 mois, jusqu’au 30 juin 2021, avec la possibilité de décider lors des réunions de printemps 2021 de prolonger l’extension de 6 mois, jusqu’au 31 décembre 2021, selon l’évolution de la crise. Au-delà de l’ISSD, un accord sur un cadre commun de coordination des traitements de dette a été obtenu au niveau technique entre les membres du G20 et le Club de Paris, ce qui représente une percée historique.

Via cridem

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire