Aicha Amar : Les trafiquants des médicaments ont pignon sur rue.

Faux médicaments: à quand une réelle prise de conscience des dangers de ces  pseudo-remèdes? - Le360afrique.comTout le monde sait où ils recrutent leurs mules, exercent leur lucratif commerce.
On ne montre le ciel à qui ne veut le voir.
Merci au Dr  Zeinebou Haidy (qui a révélè depuis l’aéroport de Carthage, le secret de ce trafic)
pour ce coup de pied dans la termitière.
Le grassouillet médecin derrière son encombrant bureau, qui ressemble plus à un mobilier géorgien qu’un meuble de praticien, chuchota : Le médicament est la santé.
Tu sais toi-même qu’il est trafiqué.
Non, je ne le sais de telle ampleur, sinon, je n’aurai ingurgité les deux paquets d’antibiotiques que tu m’as prescrit, qui du reste n‘ont été d’un quelconque secours, lui répliqua sèchement sa patiente.
L’inefficacité des « panacées » est le constat unificateur des rimiens.
Les protestations du docteur espagnol perturbaient la quiétude du département de la santé.
L’espagnol répétait dans un français approximatif,  » le produit anesthésiant était frelaté, le petit corps malade a commencé à remuer quelques instants après le début de l’opération « .
Ses larmes coulaient à flots.
Il quitta notre pays l’âme meurtrie..
Des pharmacies furent fermées, puis rouvertes.
Une vielle histoire de la sempiternelle affaire des médicaments trafiqués, des marchants de la mort…
Tout le microcosme de la santé est au courant de cette affaire, et bien d’autres.
Mais le débat persiste encore sur les looks des trafiquants, c’étaient des barbus disaient certains, ..non, ils étaient rasés de près rétorquaient d’autres.
Et, le coiffeur s’en mêla. Une question de quelques millimètres de cheveux, finalement, le cheveu a été coupé en quatre. Et, depuis la réflexion est axée sur l’usage du rasoir.
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire