Action internationale pour ramener le conflit du Sahara sur sa voie politique et stopper l’escalade de la guerre

Nouvelles démarches  et contacts internationaux afin de ramener le dossier du conflit au Sahara dans un cadre politique au lieu d’une escalade de la guerre.

La ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Laya Gonzalez, a révélé que son pays suit ce qui se passe au Sahara, à travers «un dialogue avec toutes les parties et avec   le secrétaire général des Nations Unies afin qu’il puisse nommer un envoyé de l’ONU au Sahara occidental.

Ce poste est vacant depuis 18 mois. La ministre a révélé les grandes lignes de ces démarches  et s’est limité à dire : «Nous connaissons l’objectif parce qu’il a été inclus dans de nombreuses résolutions de l’ONU, mais nous avons besoin d’un processus afin d’orienter les différentes parties sur cette question.

L’Espagne concentre tous ses efforts sur le dialogue avec le Secrétaire général des Nations Unies, mais aussi  avec le Maroc, l’Algérie et la Mauritanie, et  tous les États membres du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères n’a pas inclus le Front Polisario parmi les parties avec lesquelles il négocie, ce qui peut indiquer le mécontentement de Madrid à l’égard du front après la fermeture du passage de Guerguerat pendant trois semaines, causant de grandes pertes aux pêcheurs et entrepreneurs espagnols utilisant le passage.

Ou alors que l’Espagne  considère désormais  que  le front est hors négociation, après avoir déclaré la guerre.

Le journaliste du journal catalan « Periodico »qui a mené l’entretien avec la ministre  lui a demandé: « Ce dialogue inclut-il des représentants du Sahara? » Elle a répondu: «Bien sûr, nous sommes en dialogue avec tout le monde. Il nous semble que pour guider et assister le Secrétaire général, nous devons parler avec tout le monde, et nous le faisons très normalement, comme nous l’avons toujours fait.

Mais la ministre  a coupé  la voie aux partisans du Polisario, en disant: « Le rôle central dans la résolution du problème politique au  Sahara est joué par les Nations Unies, et c’est le même rôle qu’elle joue en Libye ».

La ministre  a souligné que son pays « soutient les efforts du Secrétaire général des Nation

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire