BOULEIBABS : UN NOUVEAU 28 NOVEMBRE, QUEL SENS LUI DONNER ?

Les rôles de "veilleur et d'éveilleur" de notre élite / par Brahim Salem  Bouleiba | Mauriactu : MAURITANIA AL MALOUMALe drapeau, l’hymne, les armoiries de la République, la devise nationale, les discours, les défilés, les films tirés des archives du pays peuvent chacun galvaniser fortement  les sentiments patriotiques qui sommeillent en chaque citoyen.

 

Cette phrase la première du discours du candidat à la présidentielle de 2019 Monsieur Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani a résonne fortement dans le cœur de beaucoup de  citoyens mauritaniens anonymes ‘‘Le pays a connu plusieurs réalisations dans toutes les périodes précédentes depuis l’indépendance à nos jours. Le citoyen se doit de protéger ses réalisations’’.Son discours à la nation du 28  novembre 2020 va beaucoup plus loin. Dans son adresse ou pointe l’émotion et la conviction, il rend un hommage vibrant à tous ceux qui à travers toutes les époques ont fait des sacrifies à la PATRIE MAURITANIENNE : les Résistants à la pénétration, les Forces armées et de Sécurité et les Pères-Bâtisseurs de l’état moderne.

Tous les peuples du monde dans leur diversité sont très sensibles à l’évocation du passé glorieux de leur patrie. L’amour de la patrie se cultive dans la cellule familiale, l’école, les lycées puis si possible et souhaitable dans un service national.

 

Je me permets de reprendre une partie de ce discours qui m’a beaucoup ému et touché parce-que j’ai eu l’honneur et le privilège de travailler très jeune avec les Pères – Bâtisseurs. Leur amour pour cette patrie, leur rigueur morale m’ont marque à vie. Paix à leurs âmes :

«  Citoyens, Citoyennes, Que le salut, la miséricorde et la bénédiction d’Allah  Le Suprême soient sur vous

Soixante années sont passées déjà depuis que nous avons rompu avec la colonisation et que notre peuple a recouvré sa liberté et sa souveraineté.

A l’occasion de ce grandiose anniversaire, de cette fête de l’indépendance nationale, fête de la fierté et de la dignité retrouvées, il m’est agréable, chers concitoyens, de vous adresser mes plus chaleureuses et sincères félicitations.


De fait, la commémoration par les Etats et les peuples des journées qui ont fait leur gloire et la célébration des moments historiques qui ont constitué des tournants dans leur vie, traduisent, par essence, l’expression d’une profonde reconnaissance aux acteurs des évènements majeurs qui ont émaillé le parcours des nations.

Ce sont des occasions de méditation de la portée de leurs sacrifices pour enraciner davantage le sens de la responsabilité à l’endroit de la Nation et consolider la prise de conscience du sacrifice et de fidélité dus à la Patrie »

 

L’année 2019 /20, notre pays vient de  traverser sans encombres une situation qui chez d’autres met en péril l’avenir de leurs pays. Nous avons organisé des élections Présidentielles plurielles qui nous ont permis d’arriver à une alternance pacifique et démocratique au pouvoir.

 

Après son élection, le Président de République a reçu tous les  leaders politiques de l’opposition, tous ses concurrents à l’élection présidentielle, des  personnalités indépendantes qui vivaient l’exil  et  la plupart des représentants de la société civile. Ils sont souvent  invités à des cérémonies officielles.

 

Cela a engendré un climat d’apaisement qui a permit la naissance d’un cadre de concertation entre certains partis de l’opposition et ceux de la majorité sur les principaux problèmes qui peuvent se poser au pays tout en gardant chacun son indépendance et son encrage politique.

 

Les partis politiques et les institutions de l’état et celles de la société civile se parlent, se réunissent et discutent sans tabous de tous les problèmes qui préoccupent  le corps social dans toute sa diversité. Il faut toujours appeler les choses par leurs noms. A ma connaissance il y’a juste un pacte entre certains partis de l’opposition et de la majorité.

 

En sociologie politique il existe ce qu’on appelle ‘’ les temps politiques’’. Quand les démocraties font face à des défis exceptionnels comme c’est le cas en ce moment, les peuples et leurs représentations nationales mettent en sourdine certaines de leur critiques contre le pouvoir pour l’aider  à faire face aux défis de la nation.

 

Ce genre de ‘’temps politique’’ qui soude le corps social pendant un certain temps , est une chose courante en démocratie. Les leaders de l’opposition sont certes des hommes politiques mais avant tout des patriotes de ce pays ,qui ont payé de leur personne pour leurs idées et leurs visions .Sur ce plan personne ne peut leur donner des leçons de civisme.

 

Le monde traverse les pires crises  de son histoire. Les premiers signes ont commencé avec la crise monétaire de 2007 / 2008, puis celle du dérèglement climatique, celle des échanges commerciaux internationaux et enfin celle de la COVD-19 la pire de toutes, qui est venue sans crier gare. Elle suscite toute l’angoisse du monde à cause de ses coûts et sa gestion.

 

Elle annihile tous les efforts de développement en cours. Les peuples  les moins nantis sont très fragilisés et  la solidarité mondiale peine à se manifester. Seul nos moyens au niveau national et l’aide rapide des pays amis et des organisations internationales nous ont permis de gérer la pandémie.

En tant que  simple citoyen, je les remercie de tout cœur.

 

Il faut se féliciter de l’atmosphère de paix, d’unité que nous vivons, seul gage pour nous, de gagner ou du moins atténuer l’impact des grands défis auxquels nous sommes confrontés.

Un adage de chez nous dit :’’ON NE MESURE LA VALEUR DE LA PAIX QUE QUAND ON  L’A PERDUE.’’

 

Les nations qui ne font pas  appel à leur mémoire nationale pour construire leur avenir vont vers l’échec et le déclin.

 

N’oublions pas que nous sommes un peuple glorieux, spartiate et fier du désert et de la savane dont le rayonnement a touché l’Afrique, le Maghreb, le Machregh et l’Andalousie.

 

Je n’exagère jamais rien, oui nous sommes un peuple glorieux, spartiate et fier. Si nous voulons le rester, il faut que nous acceptions dans ses moments de tourmente internationale d’en payer le prix fort et de consentir à notre tour  les grands sacrifices qu’ont fait nos ancêtres.

 

C’EST EN PUISANT DANS SES VALEURS D’ANTAN QUE RÉSIDE NOTRE SALUT.

 

Nouakchott, Novembre 2020

Brahim Salem Ould Elmoctar Ould Sambe dit Ould Bouleiba

 

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire