Banque mondiale: 10% environ de la population de la Mauritanie n’est pas enregistrée sur le système biométrique

Un rapport publié par la Banque mondiale indique qu’une partie de la population mauritanienne ,de l’ordre de dix pour cent, n’a pas été enregistrée dans les actes de l’état civil, ajoutant que l’affaire concerne  « la population la plus vulnérable dont ceux qui ont été historiquement démunis et  certains non-arabes, revenant de la déportation mais pas enregistrés  auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.  »

Le rapport souligne que les Mauritaniens qui ne sont pas inscrits dans les registres de l’état civil rencontrent des difficultés d’accès à l’éducation, notant qu’un nouveau registre national de la population a été établi en 2011 en vertu d’une nouvelle loi, et que ce registre a été placé sous l’autorité de l’Agence nationale d’enregistrement de la population.

Le rapport indique que ne pas posséder de carte d’identité ou d’acte de naissance est souvent un obstacle à l’entrée à l’école ou / et à la participation aux examens nationaux, soulignant qu’un comité formé en 2017 pour résoudre ce type de problème,  a commencé ses travaux dans les quatre wilayas  les plus touchées par ces problèmes.

Le rapport a averti que la loi n ° 003-2011 relative à l’enregistrement des événements d’état civil et à la création d’un registre national moderne de la population exige que toutes les naissances, mariages, divorces et décès soient enregistrés dans des périodes déterminées. Le non-respect est passible d’une amende et d’une peine d’emprisonnement.

 

Source : https://www.alakhbar.info/?q=node/29244

Traduit par adrar info

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire