Des membres du gouvernement commentent les résultats du Conseil des ministres

Des membres du gouvernement ont commenté, mercredi soir, résultats des travaux du conseil des ministres, réunis auparavant, dans un point de presse conjoint.

Il s’agit des ministres de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des technologies de l’information et de la communication, porte-parole du Gouvernement, M. Sidi Ould Salem, ministre, des Affaires islamiques et de l’enseignement originel, M. Dah Ould Sidi Ould Amar Taleb, de l’Education nationale, de la formation technique et de la Réforme, M. Mohamed Melainine Ould Eyih, et du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, Mme Naha Mint Hamdi Ould Mouknass.

Intervenant le premier, le porte-parole du Gouvernement a indiqué que le conseil des ministres a examiné et approuvé un certain nombre de projets de lois, de décrets et d’importantes communications, dont un projet de décret portant création et organisation d’un établissement de formation professionnelle dénommé école nationale pour la formation aux métiers de l’hôtellerie et du tourisme

Il a ajouté que le conseil a examiné et approuvé, également, deux communications, la première relative à l’ouverture d’instituts régionaux pour l’enseignement originel dans les villes de Sélibabi,de Bourate, de Boghé et de Chinguiti.

Quant à la deuxième communication, elle porte sur le projet de revalorisation de la profession de l’enseignant et le développement des ressources humaines du secteur de l’éducation.

En réponse à une question relative à l’existence un plan permettant d’accueillir les nouveaux admis au baccalauréat, le ministre a affirmé qu’un comité interministériel a été constitué, hier (mardi), et qu’il est chargé de mettre en place un plan permettant d’accueillir les nouveaux admis au baccalauréat cette année.

Il a souligné qu’une plateforme numérique sera ouverte ce mercredi soir, pendant dix jours pour orienter plus de 9000 étudiants. « Déjà 800 étudiants ont été orientés dans une première étape ».

Le ministre a indiqué qu’à la fin du mois tous les étudiants seront fixés sur les lieux où ils étudieront pour qu’ensuite débute la nouvelle année scolaire, qui a connu un retard, cette année, suite à la date tardive des examens du baccalauréat, dont les résultats ont été excellents.

Le ministre, par ailleurs, saisi cette occasion pour féliciter les admis.

Pour sa part, le ministre des Affaires islamiques et de l’Enseignement originel, a précisé dans son commentaire sur la communication relative à l’ouverture des instituts régionaux pour l’enseignement originel, dans les villes de Sélibabi, de Bourate, de Boghé et de Chenguetti, que ceux-ci vont assurer la jonction entre l’enseignement originel et l’enseignement moderne.

« Leurs programmes éducatifs vont comprendre, outres les sciences religieuses et les langues, les mathématiques.

 » Il s’agit d’un enseignement préparatoire de trois ans au terme desquels le candidat est autorisé à postuler au concours d’accès à l’ISERI et le baccalauréat ».

Le ministre a enfin précisé que cette mesure vise à élargir l’enseignement pour permettre aux habitants de chaque zones bénéficier de son quota, et que le président de la République tient à ce que ces instituts remplissent leurs missions et rendent l’enseignement accessible à tous.

Commentant de la communication relative à la création d’un projet de revalorisation du métier d’enseignant et de développement des ressources humaines, le ministre de l’Education nationale a indiqué que le projet s’inscrit dans le cadre de l’exécution, par le gouvernement, du programme « Taahoudaty » du président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, qui accorde une grande importance à l’amélioration des conditions matérielles et morales des enseignants.

Il a ajouté que le projet constitue une bonne introduction à la réforme, soulignant que le département fait face à des contraintes dans ce domaine, si, dit-il, des solutions ne leur sont pas apportées, elles constitueront un grand obstacle devant l’application de la réforme.

Le ministre a affirmé que la promotion des ressources humaines est une nécessité pour son département, qui emploie plus de 23 mille enseignants, représentant une masse salariale de 88 % du budget du ministère.

M. Ould Eyih a également révélé que le département fait face à des défis dus aux accumulations des mutations, à la promotion et à d’autres facteurs sociaux importants.

Le ministre a affirmé que le département exprime le besoin pour un nouveau recrutement pour palier à la promiscuité dans les classes. Il a aussi souligné que le projet servira d’instrument de consultation entre les ministères concernés par la gestion des ressources humaines et les partenaires impliqués dans l’action éducative.

Il a enfin annoncé qu’une commission en charge du projet créée et regroupera en son sein des représentants de la Présidence de la de la République et du premier ministère.

De son côté, la ministre du Commerce, de l’industrie et du tourisme a précisé, au sujet du projet de décret portant création et organisation d’un établissement de formation technique et professionnelle dénommé école nationale de formation aux métiers de l’hôtellerie et du tourisme, que cet établissement a pour objectif de former des jeunes hautement qualifiés dans le secteur du tourisme.

« Il permettra également de définir avec une plus grande précision les métiers touristiques ainsi que l’interdépendance entre l’amélioration de la qualité et le développement des compétences.

Elle a ajouté que le plus grand défi que l’école doit relever est celui de la qualité, surtout que la Mauritanie est devenue une destination touristique connue et fréquentée relativement.

Elle également, précisé que le secteur du tourisme bénéficie d’un grand intérêt de la part du Gouvernement, ce qui s’est concrétisé, a-t-elle dit, dans plusieurs mesures, dont son insertion dans le programme « Mes priorités » du Président de la République, en tant des secteurs prioritaires.

La ministre a enfin noté que la création d’une école nationale aux métiers de l’hôtellerie et du tourisme dénote de l’importance accordée à l’élément humain dans la hiérarchisation des domaines de l’économie, notamment dans le champ politique tout comme elle prouve le sérieux en la matière.

AMI

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire