. En réalité , les émissaires de la langue du coran , dans ce pays, ne l’ont, point, imposée par la force ..

Décès du jeune ingénieur poète Cheikh Ould BellamechAu temps où la langue arabe fut une lumière qui remplissait l’horizon dans ces contrées, les non Arabes avaient écrit leurs lettres par ses mots et leurs Maitres ont composé leurs œuvres par son expression . Ils en étaient fiers. Elle fut leur option et leur dévotion. En réalité , les émissaires de la langue du coran , dans ce pays, ne l’ont, point, imposée par la force .. l’autorité de la langue, ici, fut celle de l’amour pas celle de la violence.
Nos ancêtres ont conquis les cœurs , sans fards et sans chantage , et pour cela , ils furent chantés par les langues . Ils n’ont pas fait de l’arabe un démon qui hante l’ouest africain . Ils ont, tout simplement , enseigné, en toute sobriété , par le bon sens et dans la pureté et , à ce titre, ils ont été perçus , par les gens, en tant qu’apôtres du bien auquel ils aspirent.
Quant à nous , nous avons été maladroits et , de ce fait, les autres ont abandonné notre langue pour emprunter celle des Français .
Ne leur en voulez pas mais en voulez à vous-mêmes. Soyez comme vos ancêtres, ils seront comme les leurs !
La culture est une option pas une contrainte.
Dixit l’ingénieur des poètes et Poète des ingénieurs , le regretté Cheikh ould Bellamech , ( Rahimahu Allah )
Duc de la langue arabe Seigneur du cœur et d’autres lieux ..
Qui dit mieux ?
Abdel kader Ould Mohamed
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire