Le général de Gaulle a visité F’derick en 1957 et Nouakchott le 11 décembre 1959

poster

Le général de Gaulle, qui avait quitté Paris mercredi à minuit accompagné notamment de Mme de Gaulle et de M. Raymond Janot, secrétaire général de la Communauté, a atterri jeudi, peu avant 10 heures (heure locale) à Saint-Louis-du-Sénégal, puis s’est aussitôt rendu à Nouakchott, nouvelle capitale de la République islamique de Mauritanie, où l’ont accueilli M. Mokhtar Ould Daddah, premier ministre, et les  » hommes bleus  » venus de divers points du pays.

Le chef de l’État, prenant la parole devant les notables et plusieurs centaines de Mauritaniens, a fait la première déclaration publique de son voyage.

 » Votre peuple, a-t-il dit, a pris en main sa propre destinée. Dans les années qui viennent il est probable qu’il y aura beaucoup de changements dans les institutions et dans les rapports entre nos deux pays. Mais je suis convaincu que ce qui demeurera c’est ce que nous voulons faire ensemble. A mesure que votre jeune État précise sa personnalité, il lui vient l’intention de la démontrer et de la faire valoir au dehors. Ceci n’est que très normal, mais dans le destin d’un peuple tout dépend de ce qui se passe à l’intérieur, du travail, de l’effort que l’on fait ou que l’on ne fait pas, de l’unité que l’on réalise ou que l’on ne réalise pas. Cet effort, vous avez commencé de le faire. Pour cette œuvre, la France est avec vous, comme elle le fut hier, comme elle le sera demain. Dans ce monde difficile, demain comme hier, nous serons ensemble, fraternels, la main dans la main. « M. Mokhtar Ould Daddah avait pour sa part déclaré notamment : » C’est avec enthousiasme que la Mauritanie unanime est entrée l’an dernier dans cette Communauté, égale et fraternelle, librement établie entre le peuple de France et les peuples d’Afrique et de Madagascar. Dans la conclusion de ce pacte, la Mauritanie a vu tout d’abord l’affirmation et la sauvegarde d’un idéal commun de liberté, de justice et de paix. Elle a également pensé qu’il constituait pour elle un rempart et un tremplin.

 » Par sa position géographique, ses traditions historiques, sa culture, la Mauritanie constitue le pont qui relie le monde méditerranéen à l’Afrique noire. Elle est de ce fait particulièrement sensible aux événements qui surviennent dans lune ou l’autre des régions qu’elle unit. C’est pourquoi nous appelons de tous nos vœux le rétablissement de la paix en Algérie selon la voie que vous avez vous-même tracée.

 » …Il découle de la nature des choses que la République islamique de Mauritanie accède le moment venu à l’indépendance. Ainsi pourra-t-elle assumer, entre ses voisins, le rôle de trait d’union auquel la France l’aura si généreusement préparée. Mon général, soyez assuré qu’en tout état de cause c’est dans l’amitié avec la République française et les autres États de la Communauté que la Mauritanie entend réaliser son destin.  »

Source :https://www.lemonde.fr/archives/article/1959/12/11/le-general-de-gaulle-visite-nouakchott_2163440_1819218.html

Pour rappel : Le général de Gaulle est arrivé à  Fort-Gouraud (F’Derick) en Mars1957 ,avant l’indépendance de la Mauritanie. Au cours de son passage ,il est  monté sur le haut de la kédia d’Idjil en son point Extrême-Est ou F’dérick et contemplant l’immensité du désert tout autour,  il s’est adressé   à son aide de camp, et prononcé sa célèbre phrase : « Dites donc mon cher BONNEVAL , c’est toujours dans les grands paysages que l’on fait les grandes choses . »

Ce jour là , la Grande Histoire pour la Mauritanie était en marche .

(Pris sur la page FB de Thierry Zouerathie) .

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire