INFO OUEST FRANCE. La Société Générale pourrait supprimer 650 postes

INFO OUEST FRANCE. La Société Générale pourrait supprimer 650 postesOuest-France – La Société Générale devrait annoncer, lundi 9 novembre, d’importantes suppressions de postes dans ses services centraux à Paris et en région.De source syndicale, entre 650 et 700 emplois seraient menacés. Cet élagage ne concernerait pas le réseau d’agences bancaires, mais une partie des fonctions supports (ressources humaines, communication) et d’autres activités des services centraux de la Société Générale.

À Nantes, 60 postes seraient sur la sellette au sein de l’activité « titres » (gestion de portefeuille boursier). La direction devrait donner le détail de cette réduction d’effectifs ainsi que des mesures d’accompagnement lundi. Les départs volontaires et non contraints seraient privilégiés.

« Nous ne comprenons pas pourquoi la Société Générale continue à diminuer les effectifs alors que les salariés sont déjà épuisés par les charges de travail », commente le syndicat national de la banque (SNB/CFE-CGC). Selon un document syndical qu’Ouest France a pu consulter, la direction justifie cette décision par un besoin d’économies, à hauteur de 450 millions d’euros à horizon 2 023. La Société Générale était déjà engagée dans un important processus de réduction de coûts qui s’était soldé, en avril 2019, par l’annonce de la suppression de 1 600 postes, dont 700 en France.

Le groupe bancaire avait pourtant renoué avec les bénéfices au 3e trimestre. Le 5 novembre, il faisait état d’un bénéfice net de 862 millions d’euros, en hausse de 10 % par rapport à la même période en 2019. Mais la crise sanitaire lui avait fait perdre plus d’un milliard d’euros au 2e trimestre.

L’absorption du groupe Crédit du Nord par la Société Générale, annoncée à la rentrée 2020, fait craindre de nouveaux coups de rabot. Notamment en raison des « doublons que cela va créer aussi bien dans le réseau d’agences que les services supports », anticipe le SNB.

Julia TOUSSAINT, pour Ouest-France

Via cridem

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire