TOURINE I / Colonel (E/R) Mohamed Lemine Ould Taleb Jeddou

L’image contient peut-être : 1 personneLe 06 Juin 1976 en fin de journée, la ville de Zouerate a été harcelée par un ennemi de la valeur d’une dizaine de véhicules légers, venant du sud-est, la sortie de Tourine, pendant près d’une heure.
Très tôt, le lendemain, le commandant Mohamed Khouna Ould Haidalla, commandant le Secteur 2, qui était à Nouakchott ,arrive par une liaison aérienne.
Constitue une force d’intervention, composée par une unité de la Garde Nationale, le fer de lance du Secteur 2, commandée, par le Lieutenant  Abou Djakhité avec pour adjoint le lieutenant  Attih et deux excellents sous-officiers supérieurs comme chefs de sections, l’Adjudant Chef  Brahim Ould Moukhtayir et l’Adjudant Chef  Ould Mbeirouk;
Un  élément de Commandement sous les ordres du Lieutenant  Diop Djibril;  Le 4 ER commandé par le Lieutenant  Dia Elhadj Abderrahmane et le 1 EB, un escadron d’AML commandé par le Lieutenant  Ney Ould Bah, secondé par le sous lieutenant Kader.
Vers 08 heures, après un exposé de situation et précédées d’une reconnaissance aérienne qui rend compte avoir survolé un ennemi aux environs de Tourine (un puits d’eau douce à l’extrêmité est de LEHMAMI), les unités sont engagées en direction de l’est, en poursuite sur les traces de l’ennemi.
  L’escadron de la garde en tête, le 4 ER en flanc-garde à gauche, l’escadron AML en flanc-garde à droite et l’élément de commandement dans le sillage de l’escadron de la Garde.
En moins de trente minutes, les unités avalent le premier compartiment de terrain, un glacis d’une trentaine de kilomètres. Par contre, elles mettront plus de quatre heures pour franchir la quarentaine de kilomètres de LEHMAMI, un massif dunaire ondulant, parsemé de touffes d’herbes sèches, extrêmement difficile ,où la vitesse moyenne ne peut excèder 10 kilomètres à l’heure et débouchent sur Tourine (un puits d’eau douce, à l’extrêmité est de LEHMAMI).
Vers 16 heures, les unités s’arrêtent à Tourine où elles trouvent les traces toutes fraiches de l’ennemi. Un point de situation est fait et les unités sont réarticulées, compte tenu de la nouvelle contexture du terrain, avec l’escadron de la Garde en téte, suivi de l’élément de commandement, puis le 1 EB et le 4 ER en serre-file.
A six cents mètres au-delà de Tourine, les unités bifurquent plein nord, dans un passage étroit d’une largeur de trois cents mètres entre une chaine de montagne à l’ouest et un cordon dunaire à l’est, l’AFTASSA, annonçant les prémisses de Maqteir et qui les conduira après 17 kilomètres de parcours à Mjeibir, un ancien oued obstrué et légèrement boisé.
Les unités avaient à peine roulé pendant une dizaine de minutes que l’ennemi se manifeste, avec deux à trois véhicules qui entament un jalonnement en direction de Mjeibir, avec pour objectif de les distraire, tout en les attirant dans le dispositif d‘embuscade mis en place.
L’unité de tête ralentit le rythme et par glissement, le 1 EB s’extrait du dispositif initial pour prendre la tête de l’offensive.
C’est précisément le moment que choisit l’ennemi pour déclencher un tir de barrage.
Les AMLs particulièrement adaptés aux déplacements en terrains difficiles et, grâce á leur blindage, franchissent le tir de barrage, talonnant de très près les véhicules-appats, obligeant ainsi l’ennemi à suspendre son tir pour se retrouver au milieu de son dispositif.
L’inefficacité des armes antipersonnels individuelles et collectives de l’ennemi face au blindage des AMLs et l’exiguïté du terrain de manœuvre étaient telles que les AMLs utilisant leur blindage et la puissance de leurs autos percutent et renversent comme des fétus de paille ,les véhicules et les personnels de l’ennemi, faisant de terribles ravages dans ses rangs.
Debout à côté de son véhicule de commandement, l’éternel cure dent d’Adress entre le pouce, l’index et le majeur de la main droite et le combiné d’un poste radio à modulation de fréquences dans la main gauche, le Commandant Haidalla coordonnait les actions de ses unités, tout en se nettoyant les dents.
Après une quarantaine de minutes d’accrochage entre les AMLs et l’ennemi, l’escadron de la garde entre en action et après une heure trente minutes de combat, l’ennemi, terrorisé et désorganisé par ces monstres d’acier invulnérables qu’il rencontre pour la première fois et ayant subi de lourdes pertes, éclate et se disperse tous azimuts.
Le soleil commençait à disparaitre derrière la chaine de montagne quand l’ennemi était défait et son dispositif investi.
Parmi les prisonniers qui ont été faits ,se trouvait un officier algérien qui décline son identité et donne l’information qu’une colonne dirigée par El Wely Seyid Moustapha est en route pour attaquer Nouakchott.
L’information est immédiatement répercutée sur l’Etat-major National.
Les éléments du 1 EB venaient de faire leur baptême de feu. Les unités passent la nuit à Tourine et procèdent à leur remise en condition.
Très tôt le matin, un Defender atterrit apportant le ravitaillement, quelques roues d’AML et amène l’officier algérien et quelques prisonniers avec lui.
Les unités du Secteur 2 embarquent les prisonniers et les matériels ennemis récupérés dans les camions et reviennent à leur base, Zouerate.
L’image contient peut-être : 1 personne
Mohamed Lemine Ould Taleb Jeddou
Extrait de “La Guerre Sans Histoire”
Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire