Ould Maham à Macron: Nos crises continues sont à cause de vous!

Je m’attendais à ce que celui  qui occupe votre poste de président de la dernière version de la Cinquième République française, fasse une distinction  entre l’islam en tant que religion , message de valeurs, d’idéaux et d’enseignements éternels,qui exhorte à la justice, à la bienveillance, à la consolidation des êtres humains, à l’occupation de la terre et l’instauration de la paix sur elle.
Et entre l’expérience des musulmans et leurs actes par le passé et dans le présent.

Tout comme nous sommes conscients , nous dans ce coin  de la Terre,  du vaste écart et l’énorme différence entre les principes et les valeurs de la Révolution française et les politiques coloniales de la France, les destructions qu’elle a causées en Algérie, au Maroc et en Syrie,les victimes et les pertes qu’elle a laissées dans notre pays et dans de nombreuses régions du monde.

Tout comme nous sommes conscients de la différence entre la laïcité française, qui transcende le conflit des religions et se tient à la même distance de celles-ci, et la version française moderne qui refuse à une musulmane française, le droit de porter son voile et donne le même droit aux religieuses du monastère.
La France, qui promulgue des lois contre l’antisémitisme – ce qui est une bonne chose- mais en prive ses citoyens musulmans, lorsque leurs croyances et leur caractère sacré ,sont ciblés par des actes indéniablement hostiles.

Tout comme nous sommes conscients de la différence entre la démocratie dont jouissent les Français en France et les versions particulières  appliquées pour les minorités, les peuples des territoires d’outre-mer.

Monsieur le Président,

L’épuisement de la richesse des populations vulnérables et la saisie de leurs ressources et capacités par le pouvoir de l’État et  ses holdings, qui se poursuit encore aujourd’hui ,en Afrique et au Moyen-Orient, est un acte français que la France a mis en œuvre  et continue de participer  à sa mise en œuvre aux côtés des puissances internationales qui lui sont alliées.

Par conséquent, nous ne voyons aucun mal à admettre que nous, musulmans, avons de multiples crises, mais la plupart – pour être juste -sont de votre  fait ,sous votre patronage et pour vos intérêts

Malgré cela, nous comprenons encore la différence entre ce qu’est l’idéal et ses applications  limitées sur le terrain.

Je pense, Monsieur le Président, que vous avez effectivement  vos crises.

 

Source : https://mourassiloun.com/node/15687

Traduit par adrar.info

 

Vous pouvez laisser une reponse, ou trackback a partir de votre propre site.

Laisser un commentaire